Vaudou, le culte des esprits

Mysticisme, états de transe, fétiches, rapide tour d’horizon du culte vaudou

Originaire de l’ancien royaume africain du Danhomè, le culte vaudou s’est étendu et transformé à travers le commerce triangulaire. Ainsi, le culte lié aux esprits s’étend sur les terres « conquises » par les colons dans le Nouveau Monde à partir du XVIème siècle. Il est exercé sous différentes formes que cela soit sur ses terres natales d’Afrique de l’Ouest, au Brésil, à Cuba, Haïti ou en Louisiane. Outre Atlantique, cette « religion » est une contre-culture des esclaves en réaction à l’oppression coloniale, d’une part en créant une cohésion sur des bases communes traditionnelles des différentes ethnies africaines exportés sur le continent, d’autre part le vaudou créé un élément incompris sur lequel les autorités coloniales ont très peu de contrôle. Les esclaves africains déportés dans le Nouveau Monde sont contraints de se convertir à la religion de leurs maîtres. Les pratiques vaudous y sont interdites et punies par les autorités coloniales car considérés comme hérésie et sorcellerie, les esclaves le pratique dans le secret et développent un syncrétisme (une fusion) entre cette culture traditionnelle et la religion chrétienne, engendrant ainsi une religion hybride mélangeant diverses influences (c’est souvent le cas chez les cultures traditionnelles forcés à la conversion comme la vénération des wakas par les peuples autochtones du Pérou après la conquête de Pizarro). Par exemple, Legba est assimilé à Saint Pierre, ou Erzulie à la vierge Marie.

Le vaudou c’est un culte des esprits, des ancêtres, un regard particulier sur le monde (le monde « réel » et celui des esprits) codifié à travers différents rites et traditions. Les chants et danses rituels, les offrandes, autant de moyen de communiquer avec l’au delà, avec la divinité Papa Legba qui est le messager des dieux, la connexion entre les deux mondes. Grâce aux rites les participants peuvent ainsi rentrer dans un état de transe, de possession par les esprits. Le vaudou est étrangement lié à la mort, c’est de cette culture qu’est né le zombie, ces morts vivants tellement à la mode de nos jours. Cette légende est née grâce au venin sécrété par le poisson boule diodon qui permet de mettre un individu en état de mort apparente avant qu’il ne se réveille quelques heures plus tard, créant ainsi le mythe de la résurrection par les esprits. Ce culte des esprits est aussi souvent associé à la divination par les poupées représentant la personne qui sera ensorcelée. Les cultes vaudous sont folkloriques, mystiques, mais sont avant tout un élément primordial de la culture créole.

Quand tu es dans le vaudou tu es dans la vérité car les esprits ne mentent pas.

Mais le vaudou est plus qu’un simple culte à l’au delà, il a engendré une médecine alternative, des rites musicaux rentrés dans le folklore créole et réutilisés à l’heure de la mondialisation musicale, ainsi qu’un art vaudou.

À LIRE :   Écolodge d'Elephant Valley, l'hôtel insolite des montages indiennes

Publicités