Saturno The Creatter : un style dark et trash inspiré par le cinéma

L’espagnol Saturno The Creatter peint des monstres imaginaires complètement fous.

En plus d’être un incroyable manipulateur de bombes aérosols, Miguel aka Saturno The Creatter est un artiste accompli, qui a réussi à faire de ses créations une marque de fabrique à part entière. On vous propose de découvrir cet artiste qui n’a pas fini de s’agiter ! 

saturno
Saturno The Creatter photographié par Koki Kasia

Il n’a même pas 30 ans, et il a déjà tout ce qu’il faut pour être bien dans ses baskets. Miguel peint depuis qu’il a 15 ans mais dessine comme un chef depuis déjà quelques années. Il a grandit près de Barcelone, dans une famille ayant élu domicile dans un p’tit bled un peu paumé, mais quand même cool et pas si petit que cela, puisqu’il y a un cinéma.

C’est d’ailleurs devant les visuels de promotion affichés à l’entrée de celui-ci que Miguel va passer des heures, fasciné par les films d’horreur et le science-fiction que son jeune âge lui empêche de voir… L’interdit l’attire et l’inspire, tout comme l’esthétique trash et dark des univers représentés sur ces grands posters.

Son époque, c’est celle des VHS, des parcs d’attractions et des cinémas. C’est celle du cinéma de science-fiction et de fantastique avec des grands classiques comme Retour Vers le Futur, Alien, les Gremlins, E.T. etc. qui donnent autant de frissons aux adolescents que de nostalgie aux plus grands. Le encore jeune Miguel griffonne alors sur ses cahiers des créatures mystiques qu’il imagine, rêvant au jour où il pourra enfin plonger dans une salle obscure illuminée d’un grand écran.

À LIRE :   Etre Cecile la marque presque Parisienne

C’est en 1994 qu’il commence à peindre, sans l’aide de personnes. Il n’a que très peu de connaissances dans le monde du graffiti, et ne reçoit de conseils avisés de personne hors mis son propre jugement. En 1995, il se donne le blaz (surnom) de Saturno The Creatter et gagne assez en visibilité pour être qualifié d’artiste le plus prometteur de la scène graffiti européenne. Rien que ça. Ses illustrations réalisées soit sur des pans entier de mur, soit sur ordinateur à l’aide de logiciels de création graphique, montrent des personnages glauques et flippants tout droit sortis de son esprit. Ses monstres bavent, ont de grandes dents pointues et des corps qu’on n’espère pas croiser un jour dans la rue. Pourtant, la technique de réalisation est si incroyable qu’on en redemande ! Et les références aux objets cinématographiques issus de la culture populaire commune comme par exemple The Thing, Teen wolf, Mars Attack et Frankestein nous font l’effet d’un gros revival dont on ne se lassera jamais.

Voilà comment il est arrivé aujourd’hui, à l’aube de ses trente ans, à faire de son style imaginaire chelou une réelle identité déclinée sur tous les supports possible (à part en porte-clé). On trouve ses illustrations creepy sur des tasses, des sweat-shirts, des t-shirts, des affiches et dans un livre « Los Angeles Files ». Il vend aussi des toiles mais là, c’est tout de suite un peu plus cher…

PRINT

saturno

saturno

saturno

saturno

saturno

FRESQUES

saturno saturno saturno saturno saturno

Retrouvez Saturno The Creatter sur
Internet
Facebook
Instagram
Youtube
Shop

<3