Dans les entrailles silencieuses et sombres de Paris

Depuis plus de 300 ans, le deuxième Paris souterrain intrigue et fascine.

paris
La Plage, grande cave où le sol est recouvert de sable.

Si les catacombes de Paris sont aussi populaires, c’est car à côté de la partie rendue publique par la ville, se cache un dédale infini de cavités, passages et autres chatières utilisées depuis plus de 300 ans dont le mystère attire de nombreux « touristes ». À 20 mètres au-dessous d’un passage piéton où tape un soleil de printemps, la lumière s’absente en emportant avec elle le bourdonnement incessant de la ville. Depuis 1970, des cataphiles explorent, découvrent et cherchent chaque recoin des 350 kilomètres de galeries souterraines pour tracer des cartes précieusement conservées par ces derniers. Mais ils ne sont pas les premiers ! Déjà en 1777, les catacombes étaient visitées par des curieux… Et en 1257, les moines chartreux partaient à la chasse aux « démons« , de simples brigands.

paris
Auto-portrait de Nadar dans les catacombes de Paris, en 1861

Si les catacombes de Paris sont aussi populaires, c’est car on y trouve un nombre impressionnant d’ossements humains. Et voir un mur entier recouvert de crânes a l’air de fasciner pas mal de monde ! Ce labyrinthe sous-terrain a été creusé au 17ème siècle, les pierres extraites du sol servant à la construction des maisons et bâtiments parisiens. En gros, une carrière géante à plusieurs dizaines de mètres de la surface des rues. Puis à partir de 1789, pour des raisons d’hygiène, plusieurs cimetières sont vidés et les os transférés dans les galeries. Voilà comment on se retrouve avec parfois 1,50 mètres d’os entassés, ayant appartenus à plus de 6 millions de personnes. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les catacombes sont utilisées par les forces armées comme lieu de sécurité secret : on trouve sous le lycée Montaigne dans le 6ème arrondissement de Paris un ancien poste de commandement, un réseau de circulation secret entre les souterrains et des hôtels, et des anciens bunkers allemands.

À LIRE :   Galère à trouver un appartement ? On a une solution , Pinql !
paris
Plan des catacombes

À mesure que le temps passe, la cataphilie se démocratise jusqu’à devenir le théâtre de regroupements d’une jeunesse qui n’a qu’une envie : échapper quelques heures à la vie extérieure. À 20 mètres sous le monde, on est clairement tranquille pour fumer des pétards et boire des bières avec ses potes. Mais en 1990, la police bouche la plupart des accès aux catacombes.

Aujourd’hui, il est possible de partir en excursion plus bas que le métro avec des personnes averties et surtout connaisseuses. Car cet endroit est complètement insolite, il est aussi réellement dangereux. À savoir que le tag avec les lettres RPC signifie « Ramasse Pauvre Con » en réaction au nombre grandissant de visiteurs qui laissent des ordures sur leur chemin, sans pression; de même que le tag ZAC qui signifie « Zone d’Activité Criminelle« .
Et pour les têtes moins brûlées, 0,5% des catacombes sont ouvertes au public à Denfert-Rochereau. Attention, prévoir une à deux heures d’attentes pour entrer…

Catacombes de Paris
Tarif plein : 8€ 
Réduit : 6€ 
Demi-tarif : 4€