Mise en lumière du Parkour, un sport underground

Le Parkour et ses samouraïs des temps modernes n’ont plus rien à prouver

Au-dessus de nos toits, sur les barrières de nos villes, entre deux escaliers, les traceurs se multiplient. C’est le terme qui désigne les pratiquants du Parkour. 2017 est favorable à cet art du déplacement en milieu urbain. En ce début d’année, cette discipline vient d’être reconnue comme un sport à part entière par le gouvernement britannique. Une première dans le monde pour cet art aux nombreuses propriétés.

Parkour

Voilà une décennie que le Parkour se développe en France, où il a vu le jour dans les années 80, mais aussi à une échelle mondiale. David Belle en est le fondateur. Membre du groupe Yamakasi, et acteur d’un film au nom similaire, il excellait dans les épreuves d’athlétisme, d’escalade, de gymnastique et d’arts martiaux. Autant de domaine que l’on retrouve dans le mélange explosif qui compose le Parkour. Cette composition explique aussi qu’on surnomme les traceurs de « samouraï des temps modernes ».

Parkour

Le Parkour, s’il vient d’être considéré comme un sport par nos voisins britanniques, se rapproche davantage à une discipline de vie. Il va plus loin que la simple option sportive. C’est une activité physique qui cache une véritable pensée. Les médias le retranscrivent comme extrême, et un disciple célèbre du Parkour, Nye Newman, est mort de sa pratique lors du Nouvel an dernier à Paris. Ce sont des détails que l’on doit mentionner mais ce terme et ce genre d’accident vont à l’encontre des principes du Parkour. Cette activité physique se veut amusante, créative et innovante. Nouveau moyen d’expression urbain, elle attire les jeunes du monde entier, les invitent à découvrir leurs propres capacités et limites.

À LIRE :   Karizma & Dj Spen aka Deepah Ones [Kaytronic - "Thee Album" Release Party]
Parkour

C’est une pratique récente, qui a très peu d’encadrement et de règles spécifiques d’entrainements, bien que son institutionnalisation se développe. Elle a gagné des gymnases et parallèlement, des Parkours parks sont sortis de terre. La photo suivante nous en montre un et ce n’est pas sans rappeler les jeux d’enfants présents dans les squares. Rien d’étonnant quand on sait que cette activité en est la continuation naturelle. Un traceur se compare à un enfant par son attitude : il bouge dans la ville comme il le faisait des années auparavant dans la cour de récréation, il court, saute, grimpe, sans se demander pourquoi. C’est un nouveau sport qu’on pourrait qualifier d’anarchique pour sa liberté, la liberté de franchir des obstacles posés pour barrer le passage, l’accès à certains endroits. Pour les traceurs, surmonter les obstacles physiques, c’est une porte pour surmonter les obstacles de la vie quotidienne.

parkour

L’Instagram de Simon Nogueira, un traceur de renom, illustre l’agilité des mouvements de son sport en plus de son talent. En bonus, ce sont les beaux toits parisiens qui lui servent de terrain de jeu ! Les photos valent le coup d’œil :

ParkourParkourParkourParkour
Publicités