Quand l’eau se transforme en flots enflammés à Yosemite

Une fois par an, l’eau rencontre le soleil pour embraser le parc de Yosemite.

Chaque année, dans le parc national américain de Yosemite, se passe un phénomène hyper rare, que seuls les plus patients ont la chance d’admirer.

yosemite

Le deuxième plus grand parc national des États-Unis après Yellowstone s’étale sur une superficie de 3 079 km2, propose 1 280 km de sentiers pédestres, et offre aux visiteurs une diversité de paysages défient toute concurrence. Lacs, chutes d’eau à foison, dômes de granit, parois rocheuses allant jusqu’à 900 mètres, et rivières sont le terrain de jeu d’environ 3,5 millions de touristes annuels; ces derniers pratiquant ski de fond, randonnée, canyoning, rafting, pêche, vélo, alpinisme, et escalade. Et bien que Yosemite soit déjà un espace absolument magistral, il réserve bien d’autres surprises d’une simple rareté.

yosemite

El Capitan, la face la plus haute de Yosemite culmine à 900 mètres et s’amourache d’une cascade nommée « Horsetail Fall ».  Tous les ans, durant deux semaines vers la fin du mois de février, cette chute d’eau semble s’embraser le temps d’à peine 10 minutes. C’est alors le spectacle magique d’une cascade de feu ou de lave qui s’offre aux quelques 1 000 photographes et curieux venus admirer ce phénomène rarissime, et unique.

Seul bémol, ce phénomène est peu courant et très difficile à voir car il nécessite la réunion de plusieurs facteurs météorologiques imprévisibles. Pour que l’eau semble s’enflammer sur 800 mètres, le niveau de neige doit être assez élevé pour laisser s’échapper une quantité suffisante d’eau, les températures doivent être douces, et le ciel dégagé pour pouvoir « envahir » les gouttes d’eau… Alors, si tout va bien, se forme comme par magie la « Firefall » et coupe le souffle de tous.

yosemite
yosemite yosemite yosemite yosemite
À LIRE :   L'histoire d'un activisme teinté de rave à l'anglaise