Un paradis cruel en Croatie

Une île croate à la cruelle beauté

Photographe basé à Milan, Luca Tombolini capture essentiellement les déserts, leurs charmes et mystères. Ses photographies, aux couleurs pastels apaisantes, nous interrogent sur notre perception du temps et de l’espace face aux endroits inhabitables d’une extrême beauté.

paradis

Sa série « Memoria » se déroule sur l’île de Pag en Croatie, un havre de paix silencieux aux côtes calcaires lisse et pure sur fond de mer bleue luxuriante. Sublime n’est-ce pas ?

paradis

Cependant, la nature peut parfois s’avérer cruelle. Ne dit-on pas qu’il ne fait jamais se fier aux apparences ? La grandeur du lieu renferme sous ses couches de terre une souffrance. Durant trois mois pendant l’été 1941, l’île fût le triste cimetière d’un camp de concentration et de massacres estimés entre 4000 et 12000 morts de serbes, juifs et croates communistes. L’île se dévoile alors sous son vrai jour, un paradis cruel inhabitable sans végétation et aux pentes abruptes.

À LIRE :   Le Soundwave festival : faire rimer vacances et musique en Croatie
paradis paradis paradis paradis

 

Publicités