L’existence des hikikomoris, une vie de réclusion

La peur de l’extérieur

Ils vivent reclus entre les 4 murs de leur chambre pendant plusieurs mois ou années. On les dénomme les hikikomoris, terme renvoyant aussi bien à l’individu qu’au phénomène social.

hikikomoris

 

Cette manifestation d’une détresse brutale s’opère principalement sur un public jeune. Les premiers cas ont été observés au Japon au milieu des années 80, mais touchent aussi la France, les USA, la Corée du Sud, l’Espagne, l’Italie. En majorité des hommes de 26 ans, ils sont plusieurs centaines de milliers à s’isoler de la société et abandonner tout lien avec autrui. En lâchant prise, et en se recluant dans leur cocoon de chambrée, les pseudos-adultes retournent dans l’enfance, dans un espace confiné cristallisant la symbolique du ventre maternel.

 

Souvent reclus chez leurs parents, ces derniers se chargent de déposer de la nourriture devant leur porte. Cette porte est ouverte quelquefois, par exemple la nuit, quand les enfermés sortent dans la pénombre prendre l’air. Sinon, leur temps est partagé entre les mangas, jeux vidéos, et Internet. Le plus gros contact avec l’extérieur se déroule via le cyberespace, où les hikikomoris ne sont pas jugés pour leur acte de repli, tout en étanchant leur soif de sociabilité protégé par un écran.

À LIRE :   Thieves of Tower, l'art du tatouage symétrique baroque
hikikomoris

Pourquoi ce confinement ?

Au Japon, la pression sociale et familiale est bien trop forte, alors les japonais décident de se suicider, s’évaporer comme précédemment expliqué dans un article, ou s’enferment pour se protéger des agressions extérieures et d’un avenir peu reluisant. Souvent blessés, ils ont peur de l’autre et se cloitrent dans leur esprit.

hikikomoris

 

Incapable de réaliser leur rôle dans la société japonaise, inapte à répondre aux injonctions sociales, l’individu doit se fondre dans la masse et se sacrifier pour le bien de la nation. Incompris, meurtri, la période de transition entre l’adolescence et l’âge adulte est tellement brutale, que la seule solution est de se confiner dans une chambre, dans une douceur enfantine contre le géant terrifiant Japon de l’extérieur.