« Where to Invade Next »: Le nouveau Michael Moore fait débat

L’herbe est toujours plus verte chez les européens

Aujourd’hui sort au cinéma Where to invade next, le nouveau film de Michael Moore. Après des documentaires très réussis comme Bowling For Colombine ou Fahrenheit 9/11, le polémiste revient avec une bonne idée. Partir, drapeau américain sous le bras piquer les bonnes idées d’autres pays pour les adopter aux États-Unis.

Comme d’habitude, le polémiste tourne en dérision son pays. Dans Where to invade next, il se rend en France ou en Italie pour dire aux américains à quel point nos systèmes fonctionnement mieux que le leur. Le fait est que Moore manque cruellement de recul sur les spécificités et problèmes de chaque pays. Dans une cantine française, des enfants affirment ne jamais avoir bu de Coca de leur vie. Ce qui, même si la France ne consomme pas autant de soda que les USA parait hautement improbable.

À LIRE :   Le Sziget dévoile 16 nouveaux noms !

En Italie, Moore parle, étonnés, à des italiens qui évoque des congés payés et autres avantages sociaux avant de sous entendre que  les européens sont feignants. Il interroge des prisonniers suédois vivant en liberté tout en comparant ses infrastructures avec l’ultra violence américaine. Il s’étonne que les victimes des attentats en Europe n’ait pas de sentiment revanchard contrairement aux USA.

Il a beau défendre de belles idées, Moore joue avec la réalité pour les besoins de son film. Il fait volontairement le candide et ignore que les pays européens ne sont exempts de tous reproches et que nous avons aussi des problèmes ici. Ses détracteurs l’accusent de faire de la démagogie et de faire un pamphlet malhonnête de son pays en comparant maladroitement des systèmes incomparables.

En gros, avec Michael Moore, l’herbe est toujours plus belle chez le voisin.