Exploration urbaine, à la rencontre de l’Hôtel perdu

Le Grand Hôtel, urbex sudiste

Si vous ne connaissez pas l’exploration urbaine alias urbex pour les vrais, c’est que vous n’avez sûrement pas assez lu nos articles. Et c’est mal, très mal.
Petit flash culture rien que pour vous, l’urbex consiste à découvrir des lieux construits par l’homme, abandonnés ou non, en général interdits d’accès ou tout du moins cachés ou difficiles d’accès. En France, beaucoup de lieux sont désormais abandonnés suite à différents facteurs, mais la région parisienne reste très propice à ce genre d’activité.

Aujourd’hui, on est partis à la rencontre d’un nouvel espace, un hôtel abandonné, dans le sud de la France. Au limites du Lubéron une grande construction pas très attrayante dès le départ, un grand hôtel destiné à accueillir des cars entiers de touriste. Une vocation de luxe avec la piscine en conséquence.

À LIRE :   Le visage du monde dans les yeux de l'illustrateur Stephan Schimtz

hôtel urbex (2)
Et comme tous les bâtiments urbex, celui-ci a aussi son histoire. Et elle commence par un chemin de terre, perdu au milieu des différentes routes du Vaucluse. Il ne faut pas se tromper car même si tous les chemins mènent à Rome, ici ce n’est pas le cas.
Devant nous se dresse un bâtiment d’une envergure telle qu’on ne l’imagine pas, une piscine, des terrasses, sûrement un hôtel de luxe, à l’époque. Dépourvu d’une quelconque valeur, se bâtiment regorge tout de même de nombreux souvenirs, et on pourrait presque y ressentir ce qu’il s’y passait auparavant.

Hotel-Milan-Terreaux-cache-oc

L’hôtel livre donc ces derniers états d’âme, pensées, souvenirs, qui se mêlent avec ce qu’il s’y passe aujourd’hui, la venue des junkies, des gens venus pour faire la fête, ou bien encore, ceux venus pour jouer au Airsoft.