Bence Bakonyi photographie la Chine, sans ses habitants

Mais où sont les chinois ?

Il est peu courant de voir les mégalopoles chinoises totalement vide. C’est pourtant ce qu’a réussi à capturer Bence Bakonyi, un photographe chinois. Il a décidé de parcourir les déserts urbains (et normaux) de son pays, de Hong-Kong à Shanghai et en passant par la campagne profonde. Ses clichés montrent que malgré 1.4 milliards d’habitants, il est possible de se sentir bien seul.

Bakonyi

Bence Bakonyi commence son road-trip de 5000 KM en 2014 à Shanghai. De là, il prend la route jusqu’au Mont Huangshan puis à Langzhou, le désert du Taklamakan et enfin Hong-Kong. Il photographie aussi bien les environnements urbains que ruraux, le peuplé comme l’abandonné. Il explique que tout a commencé par l’invitation de son ami vivant dans le district de Shanghai. Arrivé seul, la barrière de la langue fut un obstacle au même titre que les difficultés à se déplacer. Son travail reflète son sentiment de solitude durant ce voyage et ses difficultés à trouver sa place dans un environnement non familier.

À LIRE :   Employee advocacy ou "jusqu'où es-tu prêt à aller pour être augmenté" ?
bd9860ef9

En ville, les photos de Bakonyi ont des airs post-apocalyptiques. Il parvient, à Hong-Kong et malgré 7 millions d’habitants, à saisir des moments uniques, désertiques, où la population est tout simplement absente. Le photographe explique qu’il a parfois attendu des heures avec un trépied que les rues se vident pour capturer ces scènes.

Bakonyi Shanghai

Les images de Bakonyi offrent un point de vue inhabituel. Celui de la Chine, vu en dehors de sa forte population. Et bien que le photographe se déplace dans les environnements ruraux et urbains, les clichés sont curieusement cohérent, unifiés par le vide.

d758671b0

 

c414ee21b

 

Bakonyi 2