Des nouveaux neurones grâce à la médecine hallucinogène amazonienne

neurones

La médecine traditionnelle amazonienne permettrait de développer d’autres neurones

Un titre accrocheur ? Que nenni. Ce que nous allons vous raconter est vrai. D’après une étude récente, des scientifiques viennent de démontrer que la médecine traditionnelle amazonienne est capable de stimuler l’apparition de nouvelles cellules cérébrales.

Utilisée depuis des siècles, cette pratique est survenue dans le but de protéger la santé des communautés. Connue sous le nom d’ayahuasca, cette médecine qui utilise ce breuvage hallucinogène composé de lianes est pratiquée pour soulager des symptômes de dépression et d’autres troubles mentaux (une plante hallucinogène pour guérir des maladies?). Grâce à cette plante, certains scientifiques ont réussi à montrer qu’elle serait capable de créer de nouveaux neurones.Plus encore, cette médecine pourrait bien être la solution pour soigner la maladie d’Alzheimer, incurable chez les patients touchés.

Le procédé ? La plante stimulerait ainsi la neurogenèse pour créer des neurones dans les régions touchées du cerveau des patients Alzheimer.
En effet, une équipe dirigée par le chercheur Jordi Riba a pu stimuler le développement de cellules souches de l’hippocampe, la partie du cerveau chargée de l’apprentissage et de la mémoire, grâce à deux composés utilisés dans l’ayahuasca : l’harmine et la tetrahydroharmine.

À LIRE :   ZaZZZ : Le distributeur de marijuana
Ayahuasca

Mais les résultats sont contestables. En effet, Amanda Feilding, fondatrice et directrice de la Fondation Buckley explique que, même si la piste est certes très intéressante, on ne peut pas encore certifier qu’elle peut être fortuite …
Plus étonnant encore, selon elle, des drogues hallucinogènes telles que la DMT ou le LSD pourraient obtenir le même résultat. Mais rien d’étonnant à croire cela, nombreux neuroscientifiques l’ont également démontré.
Soucieuse que son projet voit le jour, elle va bientôt lancer une étude pour démontrer que le LSD favorise la créativité, essentielle, selon elle, à l’homme. Mouais, la drogue, c’est mal, on y va molo sur la fiole.

Source : ici