La renaissance de l’Egypte, utopie ou réalité ?

Egypte

Mirage dans le désert égyptien

Grues à perte d’horizon, bienvenue dans une Egypte en perpétuelle construction. Empêtré dans une course folle à la conquête d’un futur plaqué or, l’actuel président Abdel Fattah Al-Sissi enchaîne depuis un an les annonces de projets pharaoniques. Extension du canal de Suez, réplique grandeur nature du Phare d’Alexandrie, pont reliant l’Egypte à l’Arabie Saoudite, et surtout construction d’une nouvelle capitale. Le but ? Prodiguer un nouveau souffle à l’Egypte, et lui redonner sa grandeur d’antan.

Egypte

 

A mi-chemin entre Le Caire et Suez, une nouvelle mégalopole se construit doucement pour désengorger l’actuelle capitale au bord de l’asphyxie. Encore au stade embryonnaire, la ville sera érigée d’ici sept ans. Avec ses 700 kilomètres carrés, ou 12 fois Manhattan, la « cité idéale » sera respectueuse de l’environnement et abritera des grands parcs jouxtant des colossales tours, un immense parc d’attractions, des quartiers résidentiels de haut standing et un aéroport international. Vendu comme le nouveau coeur économique florissant, la smart city semble merveilleuseNéanmoins derrière le mirage, la réalité refait toujours surface.

À LIRE :   Partir un an au Brésil, un rêve qui devient réalité grâce au PVT !
Egypte

Construite en plein désert, le projet Cairo Capital dépendant financièrement des Emirats Arabes Unis et de la Chine, coûtera la somme mirobolante de 42,9 milliards d’euros, soit la moitié du budget annuel de l’Egypte. Au lieu d’investir dans Le Caire actuel victime de paupérisation et de secteurs en perdition (transport, éducation, logement), le gouvernement préfère déplacer le problème en construisant une utopie gentrifiée. Seuls les plus aisés s’exileront dans les tours en verre tandis que les Cairotes seront abandonnés à leur propre sort. On murmure aussi un retard grandissant dans les travaux. Cette histoire folle évoque malheureusement le cas similaire de Naypyidaw, nouvelle capitale de la Birmanie bâtie au milieu de la jungle, et désormais déserte…

 

Solenn Cordroc’h