La peur au ventre : Spicee vous prend aux tripes

la peur au ventre

La peur au ventre : Chili VS avortement

Si aujourd’hui en France, l’avortement clandestin semble désormais classé au rang des mauvais souvenirs, dans d’autres pays c’est loin d’être le cas. Véritable voyage dans le temps, au Chili, l’avortement est encore illégal et ce n’est pas prêt de changer.

Qu’il s’agisse de viol, de malformation du fœtus ou d’un danger mortel pour la femme, au Chili, avorter est un acte illégal. Et ce, depuis 1989. Mais comme toute interdiction, il n’est pas rare de la voir enfreinte – et dans ce cas là, on peut le comprendre. Chaque année donc, ce sont près de 100 000 avortements qui sont réalisés clandestinement.

Comment ?

En utilisant du « Misoprostol » médicament initialement prescrit pour les ulcères. Aujourd’hui illégal, la seule manière de s’en procurer et de faire appel au marché noir, mais sans indications et sans aucun soutien, ces femmes prennent de gros risques. Le risque d’avoir des complications et des hémorragies internes et celui de se faire prendre. Car une femme suspectée d’avoir eu recours a du Misoprostol est maltraitée par les médecins à son arrivée à l’hôpital et dénoncée aux autorités avant même d’être soignée. C’est la « procédure ».

Alors, pour tenter de leur venir en aide, une association a décidé, il y a trois ans d’ouvrir une hotline téléphonique pour leur donner des informations vitales quant à cet acte traumatisant. « Lesbiennes et féministes pour le droit à l’information », voilà comment débute tout appel téléphonique. Bénévoles, elles répondent jour et nuit aux centaines d’appels reçus en contournant la loi. Pas de « je » ni de « vous », ici on parle au nom de la hotline et on répond à « une femme ». Mais si cet acte de soutien est plus que bénéfique il n’en reste pas moins insuffisant. Pourtant, en 1990, 9 lois avaient été proposées pour rétablir la légalisation de l’avortement. Aucune n’a été votée.

« La peur au ventre » est un documentaire aussi touchant qu’horrifiant qui pointe du doigt une tare d’une société encore empreinte de son passé et de son retard sur le droit des femmes.

Chez Open Minded, on vous conseille vivement ce documentaire poignant, signé Spicee mais c’est encore à vous de juger.