Intelligence artificielle et trolls ne font pas bon ménage

intelligence artificielle

Intelligence artificielle vs internautes

Gros fail pour Microsoft. Alors que le géant de l’informatique pensait faire fort avec le lancement, à caractère expérimental, de son robot Tay, ce-dernier n’aura pas fait long feu avant d’être sublimement trollé.

Ce robot prenait la forme d’une adolescente naïve, dotée d’intelligence artificielle en capacité d’apprentissage. « Tay » de son nom, s’est transformée en l’espace de 24h en nazi. Et oui tout simplement.

A la base conçue dans une visée éducative, Tay était capable d’apprendre grâce à ses différentes interactions avec les internautes. Seulement, ces internautes ont un peu abusé, en lui apprenant entre autres la violence verbale. Pour vous donner un petit aperçu, ça donne ça : «Hitler a fait ce qu’il fallait, je hais les juifs» ou encore «je hais les féministes, elles devraient toutes brûler en enfer».

intelligence artificielle intelligence artificielle

 

Microsoft relativise cependant, affirmant que Tay a appris de son environnement et que cela reste une bonne expérience. Cette dernière permet donc à Microsoft d’améliorer et de mieux filtrer les différentes compétences attribuées au robot. On espère que la prochaine fois sera la bonne et que les trolleurs n’auront pas raison du progrès.

À LIRE :   Les community managers, ces tueurs

Toutefois, Facebook, Twitter et Google, face à un phénomène grandissant – c’est-à-dire le merveilleux monde des trolls -, ont financé une plateforme pour contrer trolls et complotistes.

Baptisée « Seriously », la plateforme qui sera lancée mi-mai agira dans le but d’ « agir contre les discours de haine (racisme, antisémitisme, homophobie, islamophobie NDLR) et recréer du lien social ». Les trois grands ont investi 60 000€ dans le projet, ces-derniers abritant massivement ce genre de comportement. Trois fonctionnalités seront offertes aux internautes : le « fact checking », des conseils de professionnels tels que des psychologues ou des universitaires et enfin des partages de témoignages. Guillaume Buffet, porteur du projet, explique que le gouvernement n’a aucun lien dans le lancement de cette plateforme, affirmant que si nous devions attendre son intervention, les trolls auront déjà envahi notre planète – et je pèse mes mots.

Pour vous, trolleurs en herbe, il est temps de changer de stratégie, histoire de vous faire plus discrets.

Publicités