Pourquoi il faut craindre le Calmar Colossal

calmar colossal

Le Calmar Colossal est un mammifère à craindre (si si, on vous assure)

Au départ je vous jure, je voulais écrire un article intéressant, genre sur la liberté d’expression en Arabie Saoudite ou sur le niveau de fildeputerie de la secte Boko-Haram. Et puis je me suis rappelé qu’il y a en France de vrais journalistes dont c’est le métier de vous informer (Jean-Pierre Pernault si tu nous lis).

Du coup, je vais plutôt vous parler de ma phobie pour le calmar colossal. Aussi appelé par nos amis scientifiques le Mesonychoteuthis hamiltoni. Bon, voilà … Que les mecs ne s’étonnent pas après de n’être jamais invités aux soirées. On découvre un monstre marin super badass et ces mecs lui donnent le nom latin d’une fleur tropicale, grandissez un peu. En revanche les gars doivent avoir un solide level au Scrabble. Grosse erreur de débutant, ne surtout pas confondre le Calmar géant et le Calmar Colossal, cela n’a absolument rien à voir. En effet, d’après un mec qui n’a sans doute pas de vie pour écrire un article sur Wikipédia : « Bien que leurs dimensions soient gigantesques, leur anatomie et leur aire de répartition respective sont très différentes ». Voilà qui est dit.

Bon, passons aux choses sérieuses. Le calmar colossal c’est 10 mètres de long pour 495 kg soit approximativement 5 Teddy Rinner. Leur taille maximale serait même de 14 mètres qui en ferait le plus grand invertébré connu. Ses 8 tentacules sont pourvues de ventouses ainsi que de petites dents et de crochets tranchants lui permettant d’immobiliser sa proie de sorte que plus cette dernière se débat, plus les crochets s’enfoncent dans celle ci. Autant dire que même avec un  Tortank Level 100, la bête est imprenable. Pas étonnant donc que le Cracken soit archi présent dans la mythologie marine, de Jules Verne à Pirate des Caraïbes. Bref, le calmar colossal couche un peu tout le monde, alors vous pouvez vous rendormir avec vos phobies de puceau du type clowns ou souris. Là, on parle de choses sérieuses*. Et justement le problème c’est que cette menace est prise à légère par tout le monde. Non, honnêtement, ça ne fait flipper personne d’autre qu’un monstre pareil existe et se reproduise quelque part dans le monde ?

À LIRE :   Quand coït rime avec écologique

Perso, depuis que j’ai vu ces vidéos de pécheurs qui attrapent accidentellement des calmars, j’en dors plus la nuit. C’est un fait, la calmarophobie (ne rigolez pas) est désormais une des composantes de ma vie urbaine. Par exemple, il m’est impossible de passer devant une poissonnerie sans flipper ou d’envisager de manger des tapas. C’est pareil pour le rayon mollusques de Picard. Parfois, même ma meuf lorsqu’elle étend ses bras me fout les jetons et c’est loin d’être un cageot pourtant. Du coup, je suis allé consulter et le verdict du médecin est sans appel : « Monsieur pour vous libérer de cette phobie, il faut la consommer ». En gros, c’est comme si on demandait à Marine Le Pen de faire un gangbang avec 10 migrants pour soigner sa xénophobie. Bref, c’est pas gagné …

* Pour tout ceux qui comme moi sont atterrés de l’inutilité de cet article, merci de manifester votre haine en commentaire, on adore ça.