Des testicules en or contre la mort

justin testicules or

Il gagne 300 000$, fait plaquer ses testicules en or et décède

Ça doit être l’histoire la plus sordide de 2015, voire de tous les temps. Justin Green, c’est un américain (taré il faut le dire), qui voue un certain culte aux films d’Austin Powers et notamment au dernier épisode sorti en 2002, Goldmember. Un midi, lors de sa pause déjeuner, il décide de jouer au bingo via un casino en ligne et, par chance, remporte le jackpot maximal avec près de 300 000 dollars de gains.

L’argent lui est peut-être trop monté à la tête. Et pour cause. Cet américain tombe dans une sorte de frénésie incontrôlable : il quitte son travail dans un supermarché et décide de dépenser presque tout son argent afin de s’offrir des bijoux, voitures de luxe, et remplace certaines de ces dents en or. Jusqu’ici tout va bien (ou pas).
Mais malheureusement, cette obsession de la richesse le conduira beaucoup trop loin. Souhaitant se faire la même chose que l’un de ses personnages préférés, Goldmember, à savoir qui colore les testicules de ses victimes en or, ce dernier a trouvé le pire moyen de tous. Après de multiples tentatives de recherches qui l’ont même emmené jusqu’à Tijuana au Mexique, aucun médecin n’a accepté de lui faire cette opération (vous vous en serez douté), et a donc décidé de se le faire lui-même …

Il s’est donc procuré un appareil utilisé dans l’industrie automobile pour plaquer or. Malgré sa réussite fulgurante, il est décédé 12 heures après s’être rendu aux urgences …

jackpot casinon testicules or

Or le corps humain n’est pas destiné à recevoir tel traitement et quelques heures plus tard, Justin commencera à ressentir de fortes douleurs jusqu’à décéder au petit matin. Le Dr Bill Rife qui l’a examiné a révélé que le mercure et le plomb l’ont empoisonné. Et a fait cette déclaration : « Le corps humain n’est tout simplement pas fait pour supporter d’être plaqué or. Peu importe combien d’argent vous avez, il ne peut acheter le bon sens et il ne peut pas vous aider à déjouer la mort« .