Jean-Yves Donati : vertiges de vandales en photos pour « Rooftop Graffiti Paris »

rooftop graffiti paris jean-yves donati bastille

Rooftop Graffiti Paris : Jean-Yves Donati rend des panoramiques vertigineux des toits de Paris ponctués de graffitis

Quand la photo panoramique se promène sur les toits de Paris, elle rencontre l’architecture incomparable de la ville, des graffeurs, et leurs traces laissées à l’aérosol, éparpillées sur les murs et cheminées. Si monter sur les rooftops de la capitale en fait sans aucun doute rêver plus d’un, le jeune photographe Jean-Yves Donati , lui, a décidé de leur rendre hommage. C’est un témoignage de ces paysages urbains ponctués de tags, de graffs, de fresques, de pochoirs ou encore d’affiches en tous genres que ce passionné de la culture hip hop et plus particulièrement de graff a souhaité donner. Une série de 42 panoramiques réalisés entre 2013 et 2015 a été sélectionnée pour être présentée dans un livre intitulé Rooftop Graffiti Paris, publié aux édition h’Artpon, contenant également un entretien et des artworks réalisés par le street artiste Nassyo.

Le graffiti fait partie de nos vies, qu’on le veuille ou non. S’il est encore considéré par la loi comme un acte de vandalisme, on sait qu’il attire également de plus en plus les galeristes et collectionneurs, flairant la bonne affaire en arrachant les œuvres d’un Banksy, d’un Invader ou encore d’un C215 de leurs rues originelles. Ici, c’est le graffiti « sauvage », simple blaze ou esquisse marquant un territoire, qui est mis en avant : c’est un graffiti qui vit dans la rue, que Jean-Yves Donati se contente de figer dans son contexte. Un graffiti qui éclate d’une bombe aérosol et évolue en se dégradant au gré du temps. Une sorte de cri de liberté prohibé, né aux pied du ciel, en somme.

rooftop graffiti paris jean-yves donati

Et, justement, prendre de la hauteur fait partie du game -risqué- du graffiti. Trouver le spot le plus visible pour s’assurer une présence aux yeux de tous ceux qui prendront la peine de les lever est certainement l’un des commandements de tout tagueur -acrobate, yamakasi, escaladeur- qui se respecte. On vous laisse découvrir ces photos de Jean-Yves Donati, qui présentent ces spots bien placés dans l’axe de vision du Sacré Cœur et de Bastille, ou encore au bord du Canal Saint-Martin, ponctuant ou s’imposant dans le paysage urbain, et faisant, indiscutablement, partie du décor. Vertige.

rooftop graffiti paris jean-yves donati sacré coeur rooftop graffiti paris jean-yves donati rooftop graffiti paris jean-yves donati rooftop graffiti paris jean-yves donati rooftop graffiti paris jean-yves donati

 

Le livre sera présenté le 12 septembre à la galerie CONFLUENCES.