Exposition du street artist Mush : « Comme un voyou, j’écris partout »

MUSH

La galerie parisienne « Nunc ! » expose le street artist Mush jusqu’au 25 Juillet

La discipline du « Street Art » est totalement reconnue et s’est élevée progressivement au rang d’art, depuis ses ébauches dans les années 60. La première forme de cet art est née dans les rues. C’est à contrecourant de la loi et des conventions sociales, que les street artists prenaient – et prennent toujours- des risques pour poser leur affiche, leur pochoir ou bien tout simplement taguer.
Aujourd’hui le street art reste toujours illégal mais il est rentré dans les mœurs et les galeries offrent de plus en plus de visibilité à cet art à la base éphémère. Ainsi pour cette occasion, les artistes travaillent sur les supports classiques, tels que les toiles ou bien une sculpture.

Un obsessionnel de la texture

Mush est un artiste français, originaire de Nice, qui, venu à Paris , tombe littéralement amoureux de l’art urbain qu’il voit dans les rues. Son surnom est dû à la contraction du mot anglais « mushroom » (champignon), car quand il était petit il a ramassé un champignon vénéneux (calice de la mort). Les couleurs et les textures de ce champignon l’ont complétements marquées. Au fil des années il développe son style et sa précision. Le travail de Mush est reconnaissable, par un travail affiné des textures et l’effet 3D qu’elles produisent.

À LIRE :   Dismaland le lugubre parc d’attraction de Banksy
mush texture

Dans toutes ses œuvres on retrouve ces traits effets « pelotes de laine », ressemblant sans en être à du tricot-graffiti, qui consiste à recouvrir les objets de la rue d’un tricot de laine coloré.

mush laine

Mush pratique une branche spécifique de l’art urbain, celle du strip art. Celle-ci consiste à dessiner à main levé et à la bombe, « J’ai toujours voulu faire quelque chose de très propre graphiquement, avec des traits fermés mais aussi des contours ».
Plusieurs de ces œuvres sont à la galerie « Nunc ! », du Vème arrondissement à Paris, jusqu’au 25 Juillet prochain. Dans une exposition intitulée « Strip it ».