L’amour et l’alcool : même combat pour notre cerveau

amour alcool

L’amour aurait les mêmes effets sur notre cerveau que… l’alcool.

Selon une étude hautement sophistiquée des chercheurs de l’université de Birmingham en Angleterre, l’amour aurait les mêmes effets que l’alcool sur notre cerveau. Bientôt, une nouvelle étude prouvera de source sûre qu’une bonne lampée de Jack Daniels équivaut à un orgasme pour nos méninges et les virées nocturnes amoureuses pour trouver le point G se transformeront en road-trip pour trouver la dernière épicerie ouverte qui vend du Jack.

Après tout, pourquoi s’emmerder ? Bon.

amour cerveau

Nous n’en sommes pas encore là, concentrons nous donc sur cette étude qui fait passer les alcooliques pour des amoureux transis. Selon ces chercheurs anglais, l’alcool et l’hormone d’ocytocine appelée plus communément l’hormone de l’amour auraient les mêmes effets sur certains récepteurs de notre boite crânienne.

Manque, sourire béat, motivation exemplaire et sociabilité exacerbée… autant de sensations communes à l’amour et à l’alcool qu’on ne peut pas nier tout comme la diminution du stress et de la peur ainsi qu’une confiance et une générosité à toute épreuve après une bonne partie de baise ou une bonne cuite à la vodka. 

À LIRE :   « Faites l’amour, pas la guerre » : la nouvelle campagne AIDS
alcool amour cerveau

Bien évidemment, certaines personnes ont l’alcool mauvais mais là aussi, il existent des amoureux qui n’arrivent pas à gérer leurs sentiments. En ressort alors, de l’agressivité, des mots qui dépassent la pensée et un manque de confiance en soi qui resurgit des ténèbres, toujours selon cette étude britannique.

On pourrait continuer pendant des heures à comparer les effets de l’alcool et de l’amour sur notre cerveau/notre corps/notre comportement mais il semblerait que la science l’ait déjà fait pour nous et on ne badine pas avec la Science. Ni avec l’amour. Ni avec l’alcool. Apparemment.

Moralité de cette étude : si vous êtes amoureux de votre copain/copine et amoureux de la bouteille, un choix s’impose à vous ou c’est l’hémorragie interne assurée et les chercheurs de Birmingham ne pourront plus rien faire pour vous.