Une exposition à visiter…sans vêtements

expo james turell

La nouvelle exposition à visiter en tenue d’Adam et Eve

Non ce n’est pas le mauvais pitch d’une nouvelle télé-réalité (ca aurait pu l’être, on a pu le voir récemment), ni un poisson d’avril. Le National Gallery of Australia de Canberra organise en ce mois d’avril, la visite guidée de l’exposition de James Turrell, A Retrospective. La particularité? Il faut déposer ses vêtements à l’entrée. Cette pratique porte le nom de Naked Tour.

Une idée sortie tout droit de la tête de l’artiste lui-même. Après avoir essayé l’expérience au Japon, il réitère l’expérience en Australie et invite les personnes à se déshabiller pour se balader au milieu de ses œuvres.

Grande surprise, la première visite à eu lieu mercredi 1er avril et elle a attiré une cinquantaine de personnes ! Quant à jeudi matin, les visites ont été réalisées à guichets fermés…

expo james turell

L’exposition n’a pas de relation apparente avec la nudité. James Turell est un grand dans l’art de créer des environnements qui mettent en relief les aspects sensoriels de la lumière. Il s’agit ici d’un jeu d’espace et de luminosité que l’artiste souhaite mettre en avant grâce à la peau, car il affirme que « Nous sommes des consommateurs de lumières« .

expo james turell

Le fait d’être nu permettrait au spectateur de mieux saisir cet effet après avoir ôté toutes barrières. Selon l’artiste américain, être dans le plus simple appareil est un moyen de se concentrer sur l’art…pas sur la jeune femme nue qui se balade à côté. Bien sûr.

expo james turell

expo james turell

L’artiste Stuart Ringholt qui est l’organisateur de l’événement assure dans le Huffington Post qu’il s’agirait d’une expérience libératrice…Après un passage dans le Naked tour, la visite se termine aussi par une petite collation, toujours entièrement nus. Quoi de plus naturel!

L’exposition de James Turrell qui se déroule du 1er au 3 avril est heureusement ouverte aux visiteurs habillés.

Chez Open Minded on est très ouvert, mais pour le coup on n’adhère pas !