J’ai faim – Merci Eva Kolenko

eva-kolenko-food-photographie

Eva Kolenko, la seule photographe qui m’a fait saliver devant une salade.

Que tu sois né avec ton mac sur les genoux ou que, pour toi, tablette rime encore avec chocolat, tu ne peux nier la qualité de l’ultra-connectivité quant à la profusion de l’information. Sonneries, vibrations et pépiements sont autant de nouveaux bruits qui te préviennent que sur la planète web, ça balance, ça se bouscule, et ça tourne plus vite que dans une cour de lycée. Ne reste pas sur ton canapé les bras croisés à te lamenter de ne pas être informé du dernier kilo de je-sais-même-pas-qui, ou du clash twittos sur l’efficacité d’une quenelle; on s’en charge pour que tu restes à la page. Le web en deviendrait presque plus ouvert que ton esprit.

eva-kolenko-food-photographie

Nourriture chérie, foodporn mon amour, bouffe et orgasme visuel… Tout y est dans cette série de photo qui nous fait rêver et saliver.

 

Si tu es au boulot, derrière ton ordinateur et que tu n’attends qu’une seule chose : l’heure du déjeuner – sache que cet article va te faire du mal, beaucoup de mal. Parce que même en plein après-midi, ces photos me donnent la dalle.

eva-kolenko-food-photographie

Une tablée entre amis, du bon vin et de la bonne bouffe, on ne demande rien de plus, vraiment. Cette simplicité, c’est ce que l’objectif de Eva Kolenko arrive à saisir, la preuve en image. Franchement, on rêve de pouvoir l’accompagner sur les lieux de ces shootings histoire de tester la qualité, savoir si c’est aussi bon que beau – en plus, elle travaille à San Francisco, ça nous donnerait l’occasion de voyager un peu. Du burger en passant par les huitres ou la salade, Eva Kolenko arrive à nous faire rêver. Et oui, j’ai bien associé les mots « salade » et « rêver » dans une même phrase – c’est dire son talent.

eva-kolenko-food-photographie

Eva Kolenko est une photographe reconnue pour ses photos tant de nourriture que de la vie quotidienne, elle nous plonge dans des ambiances aux couleurs douces qui donnent un aspect authentique et esthétique aux aliments qu’elle photographie. Je m’arrêterais ici pour aujourd’hui et par respect pour Zlatan et la cause qu’il défend je ne vous dirais pas que je meurs de faim – ce serait mal venu.eva-kolenko-food-photographie

eva-kolenko-food-photographie eva-kolenko-food-photographie eva-kolenko-food-photographie eva-kolenko-food-photographie eva-kolenko-food-photographie eva-kolenko-food-photographie eva-kolenko-food-photographie