À 21 ans, Lido se fait un nom dans le monde de l’éléctro

lido-interview-paris-electro

On a interviewé Lido lors de sa promo à Paris

Après plusieurs remixes au succès unanime, Lido, jeune norvégien de 21 ans a sorti cet été son premier EP « I love you ». Peu à peu, Lido se fait une place dans le monde de l’électro. Cet artiste « touche à tout » nous a accordé une interview lors de sa promo à Paris: 

Lorsque l’on écoute ta musique, cela donne une irrépressible envie de danser, est ce que c’est ton but ?

Bien sur ! J’essaye de faire de la musique en fonction de ce que je ressens… Parfois ça donne envie de danser, parfois c’est vraiment triste, parfois vraiment lent, parfois plus rapide. Bref j’essaye de beaucoup penser et réfléchir quand je compose et il en ressort tout ce que je ressens.

 

Donc si je comprends bien, tes compositions dépendant de ton humeur ?

Absolument, et ce qui est vraiment drôle c’est que je compose souvent à l’opposé de ce que je ressens. Donc si je suis vraiment triste, je vais plutôt faire une chanson mouvementée et joyeuse.

 

Et comment te sens tu sur scène ? Qu’est ce que tu ressens ?

J’adore être sur scène. Je suis un batteur à la base. J’ai commencé à jouer de la batterie quand j’avais 2 ans donc j’ai été sur scène avant de savoir parler, je pense que je continuerai toujours à jouer de la batterie et chanter sur scène.

 

Donc sur scène tu fais les deux, tu joues et tu chantes ?

Oui, j’aime vraiment faire plusieurs choses en même temps. Je suis plus à l’aise sur scène que nulle part ailleurs, c’est vraiment quelque chose que j’adore.

La plupart du temps, je chante sur scène accompagné d’un groupe mais avec la musique que je fais maintenant je suis seul et je fais tout.

lido-interview-paris-electro

En écoutant ta musique et celle de Cashmere Cat, on s’est demandé : Est ce qu’il est une sorte de mentor pour toi ?

Pas vraiment, il est… On a grandi ensemble ! Donc, c’est plus l’un de mes meilleurs amis que mon mentor. Nous avons commencé à composer en même temps.

 

On peut donc en conclure que vous avez les mêmes influences ?

Oui, vraiment. Lorsque j’étais chanteur il était mon DJ donc nous étions en tournée ensemble quand j’étais plus jeune. En fait, nous avons commencé la musique au même moment mais nous écoutons des sons assez différents donc on s’aide l’un l’autre. Par exemple je peux jouer du piano sur ces morceaux, lui apprendre comment composer des mélodies ou de nouveaux accords tandis que lui m’apprendra comment créer des sons à partir d’un ordinateur. Nous sommes vraiment…Comment dire ?

 

Complémentaires ?

Oui, exactement.

 

Est-ce que vous continuez à jouer ensemble maintenant ?

Beaucoup oui, nous travaillons beaucoup ensemble. Nous écrivons beaucoup de chansons tous les deux et on continue à travailler mutuellement sur les chansons de l’autre. Il m’aide sur mes chansons et je l’aide sur les siennes. Donc oui, il y a beaucoup de similarités à cause ça. Il habite à New-York maintenant et chaque fois que je vais à Ny, je vais le voir et nous faisons de la musique ensemble. C’est vraiment l’un de mes meilleurs amis.

À LIRE :   Le Rex Club se dévoile

 

Je suppose que tu passes beaucoup de temps à composer, est ce que tu es marié à tes instruments de musique ?

Enormément oui. Je suis marié avec mon clavier en fait ! Je voyage toujours avec un clavier parce que j’écris toute ma musique au piano. Je suis donc vraiment attaché à lui.

 

Et quel est ton dernier coup de cœur musical ?

Hmmm… En tant que personne ou en type de musique ? Laisse moi réfléchir… Je crois que mon dernier coup de cœur musical, c’est pour un nouveau type de musique appelé « PC music » pour « Personal Computer music ». C’est un label reconnu en Grande-Bretagne et cela désigne des musiques assez étranges, très éléctroniques et à la fois assez pop. Les productions sont vraiment étranges mais j’aime beaucoup ce genre de musique, j’en écoute beaucoup.

 

Tu es donc inspiré par ça ?

Oui, cela m’inspire énormément.

 

Est ce que tu te définirais comme un digger ?

Complétement ! Je passe des heures sur internet à chercher de nouvelles musiques. Je suis un vrai digger, pour tout, pour les mélodies, l’harmonie… Je peux écouter de tout et trouver un accord intéressant, une mélodie originale. Je suis un vrai geek de la musique.

 

Et sur scène, tu as un petit rituel ?

Laisse moi réfléchir… Non pas réellement. Je n’en vois pas.

 

Même pas un petit truc avant de monter ? Ou pendant ?

Ah si, je danse beaucoup et…je ne sais pas danser donc ça donne souvent quelque chose de très étrange. Sinon, avant de monter sur scène je suis très, très silencieux. Je reste dans le silence presque 30 minutes avant et quand j’arrive sur scène, j’explose ! Donc oui, on pourrait considérer ça comme un petit rituel je pense.

 

Quel a était ta plus grande honte sur scène ?

Ahah, laisse moi réfléchir… Je ne sais pas !

 

Peut être qu’il n’y en a pas eu ?

Et bien je ne sais pas mais je suis tellement à l’aise sur scène que je blague autour de mes erreurs avec le public. Je maquille un peu les choses, je les change quand je suis sur scène donc je pense que grâce à ça, même si je fais des erreurs, je peux juste en rire.

Je ne me souviens même pas de mes premières scènes car j’étais trop jeune donc non, pas de grande honte pour le moment.

 

Alors pour finir je te demanderais, es tu Open Minded ?

Bien sûr que je le suis ! Je suis vraiment très ouvert d’esprit. J’écoute tout genre de musique, j’adore essayer de nouvelles choses, découvrir de nouvelles nourritures, rencontrer de nouvelles personnes, voyager… Je peux être inspirer par tout, par un beau désert qui va me faire écrire une nouvelle chanson, ou même une poubelle… Ça peut être tout et n’importe quoi, les films m’inspirent, l’art aussi…

Bref, j’aime beaucoup dire que je suis Open Minded.

lido-interview-paris-electro