Dour Festival Day # 3

Dour

Report : Dour Festival day #3

Nous sommes toujours en vie. La pluie a pris le pas sur le soleil, qui persiste tant bien que mal (quand même), et on a échangé nos vans contre des vieilles bottes cheums qui font mal aux pieds; mais ça va ! Une petite averse de temps en temps et de la gadoue n’ont jamais tué personne. La fatigue du corps et du cerveau commence à se faire ressentir, mais on ne vous laisse pas sans nouvelles, on a des choses à vous dire.

Cypress-Hill

* La meilleure ambiance

Théo Parrish. Longtemps déçues par le monsieur lors de set dans les boites de Paname, la surprise était à son comble ce samedi à Dour. Arrivée en toute détente, avec un look bien pourri mais tellement cool, ce live était une des meilleures ambiances de la journée, peut-être même du festival  jusqu’à présent. Le live n’est pas seulement composé d’instruments et de M. Parrish sur le devant, 4 danseurs arrivent pour foutre une ambiance du tonnerre et te montrer comment danser. En bref, un concert cool.

dour

* La pire douille

Bon, c’est vraiment histoire de râler mais disons que la pire douille de ce jour fut certainement la pluie. Rafraîchissante, certes, mais nos jambes et nos chaussures ont pris très cher et le retour au campement à 6h du mat’ était fastidieux.

Ah et une autre histoire, un mini douille positive (oui, ça existe) : Se rendre compte 15min plus tard que j’ai paumé mon porte-feuille au milieu des tables entreposées près de la scène Redbull, le retrouver sain et sauf, je peux me considérer comme chanceuse.

dour

* Les gros tapages musicaux

Pional, un jeune homme qui nous a emmené loin avec sa voix et surtout son set très techno, le mélange était plus que bon et qui nous a bien chauffé pour le show de Rone, qui, une fois de plus ne nous a pas déçu. C’est avec maîtrise et générosité que l’artiste nous a balancé exactement ce que nous voulions : du bon tapage musical ! A tel point qu’il ne pouvait plus s’arrêter; on a eu le droit à 3 ou 4 retours du mec sur scène, toujours sur le même morceau mais joué de 5 manières différentes, le kiffe.

À LIRE :   Le Food Trucks Fest' : rendez-vous incontournable des foodies
dour pional

 

Rone_credits-Timothy-Saccenti_13

Paula Temple : petite meuf qui, derrière ses platines, nous a dézingué le cerveau à coup de basses puissantes avec un rythme puissant, juste de quoi nous achevé avant d’affronter les chemins de boue à 5h du mat’.

dour paula temple

Autre set incroyable, celui de John Talabot, dont le nom nous disait quelque chose et nous inspirait fortement. Aucune déception loin de là, dansant à souhait ça faisait longtemps qu’on avait pas bougé les bras en l’air à ce point là, ça fait du bien la musicalité de temps en temps 🙂

john talabot

Last but not least, n’oublions pas de saluer l’excellent et génialisme Madlib que l’on porte dans notre coeur depuis déjà sacrément longtemps ! Rêve exhaussé grâce à Dour et on vous remercie, le beatmaker aux multiples talents a su porter haut et fort sa place de leader (big up Jay Dee) en nous donnant des montées et descentes rythmiques très bien senties, passant du reggae à une funk plus chaloupée.

dour lfo
L.F.O

* L’histoire drôle

Dour, c’est un peu cette zone de non-droit, là où tout est (presque) permis. Les gens se lâchent et se foutent pas mal de la gueule de schlag qu’ils se tapent, de l’odeur qui émane de leur corps transpirant, de ce qu’ils disent ou font. Bref, on voit vraiment de tout à Dour et les spécimens les plus drôles sont à découvrir le matin. Le retour au campement, et les petits after improvisés sous la tonnelle sont les meilleurs moment pour observer cette jungle humaine. Des mecs qui parlent, voire chantent tous seuls et errent sans but précis entre les tentes, d’autres qui font « communion avec la nature » et font des câlins aux arbres (véridiques!), il y a aussi ceux qui gueule « KETAMIIIINE » à tout bout de champs… Mais Dour Festival ce n’est pas qu’une réunion géantes de drogués avides de son, c’est simplement une grande communauté avide de son et de bonne ambiance où tout le monde partage un moment intense en sensations en tout genre.

DOUREEEEEEHHHHHHH !