Zoo Project, voyage artistique tragique

zoo-project-tunisian-revolution

Zoo Project le street artist parti sans retour

« Je ne changerai pas le monde, mais je ferai réfléchir ceux qui y parviendront. » Voilà les saintes paroles de Tupac  Shakur, qui savait que son impact en tant qu’artiste au sein de notre société, ne serait que minimal. Minimal ne veux pas dire qu’il était insignifiant, il était juste réaliste. Et cet esprit un peu contestataire, qui se pose en tant que représentant de certaine population délaissée le jeune artiste Zoo Project, Bilal Berreni de son vrai nom, l’avait. « Avait »,  oui car notre jeune artiste de 23 ans, qui n’en était encore qu’à ses débuts s’est fait descendre d’une balle dans la tête dans les rues de Détroit Michigan, aux USA.

Le jeune artiste engagé, qui avait fait parler de lui à travers ses œuvres lors notamment de la révolution Tunisienne, où il avait peint des victimes des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Il avait également séjourné pendant un mois dans le camp de réfugié de Choucha, à la frontière libyenne, en prenant de nombreuses photos.

Le Monde magazine lui avait même consacré en juin 2011 un reportage, mettant en avant ses dessins représentant « les visages de la révolution ». Un avenir donc prometteur pour ce jeune Picasso en pleine découverte de la palette des souffrances humaines, des oubliés. L’oubli comme il l’a très justement dit lui même, en parlant des victimes tunisiennes qu’il a illustré, est une deuxième mort, et lui même a été pendant 9 mois dans l’oubli réfrigéré de la morgue américaine.

Cette être libre, éveillé qui pour faire ce qu’il voulait sentait le vide de la solitude, après tout nous vivons et mourons seul, triste réalité.

Je vous invite à voir l’une de ses dernières réalisations en collaboration avec Antoine Page, « C’est assez bien d’être fou ». Très beau résumé d’un road trip qui va malheureusement s’achever pour notre artiste peu de temps après celui ci.

Celui qui faisait naître la beauté du chaos, a été fatalement effleuré par ce dernier. Bilal Berreni part peut-être tôt mais en en ayant laissé sa trace sur les murs de nos villes. Rest in peace

 

evolution police-ZP Street-Art-resistance-grows peau-noir-masque-blanc next-génération new-relation street-art-ZP Zoo-Project_Paris_Savage-Eyes Zoo-Project-espions-street-art- ZP-abstract-difference