Andreas Vrontis: le cyber-tatoueur qui hacke littéralement la peau

Des portraits robots tatoués au millimètre près

Andreas Vrontis est un artiste chypriote de 31 ans. Son premier tatouage: un portrait de John Lennon en 2015. Son savoir-faire hors norme et son style ASCII (American Standard Code for Information Interchange) de 1963 va littéralement faire craquer les geeks. Le style informatique est courant depuis un moment dans l’art, mais il est le seul jusqu’à ce jour a l’avoir transposé au tatouage.

andreas vrontis

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ses oeuvres se démarquent de fond en comble. Le fait qu’elles soient uniquement composées de textes sur de la chaire humaine exige une grande délicatesse. Pendant qu’il façonne ses petits trésors, Andreas commence par faire un aperçu du portrait, puis il affine sa création grâce à son intuition et sa perception personnelle. Un travail qui demande énormément de temps, autant qu’il faudra jusqu’à ce qu’il soit entièrement satisfait du résultat.

andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS

Proximité des caractères, concentration au maximum : une petite erreur nuirait complètement à l’ensemble. En plus de la qualité du texte, Andreas doit être extrêmement minutieux dans la composition des points.

andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS FRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS

Mis à part sa singularité au niveau de tous ces portraits minutieusement concis, Andreas Vrontis crée des tatouages sublimes de part et d’autre, dans des styles différents et on ne s’en lasse pas…

andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS
andreas vrontis
© ANDREAS VRONTIS

Pour en voir plus, clique ici.

À LIRE :   Interview du tatoueur Qkila

NBD

Publicités