La série Kiss me first, (encore) le nouveau Black Mirror ?

Un cyber-thriller sous un fond de San Junipero

Kiss Me First est en ligne sur Netflix depuis le 29 juin, et en seulement 6 épisode le nouveau bébé du co-créateur de Skins pose le ton. On ne va pas te le cacher, aucun spoil à l’horizon, c’est juste que c’est une sorte de spin off de Black Mirror. En même temps, ça n’est pas la première fois que la plateforme flaire le bon filon, entre autres avec les séries Altered Carbon, The OA ect. Sauf que cette fois ci, c’est un peu gros, enfin, disons que les fans de théories du complot crieront à l’évidence. Avant toute chose, de quoi ça parle exactement ?

Kiss Me First
© Channel 4

L’héroïne s’appelle Leila, une jeune adolescente. Elle est timide, seule, morne, depuis la mort de sa mère. Pour se libérer de ses angoisses et du mal qui la ronge dans sa modeste maison anglaise, elle s’évade dans le monde merveilleux d’Azana. Rempli de montagnes, cascades, ciels sursaturés à la hauteur de la planète Pandora dans Avatar. Azana est un jeu qui se pratique avec un casque de réalité virtuelle. Leila, sous son nom de guerrière Shadowfax oublie sa propre réalité grâce à ça. Un jour, elle se retrouve dans Red Pill, un cercle secret d’Azana où elle fait la rencontre de Tess et de toute sa bande de joueurs totalement paumée. Pour le synopsis, on s’arrêtera là. La suite prend l’allure d’un cyber thriller qui n’a rien pour ainsi dire d’un délire pseudo adolescent. Il est préférable que tu vives l’aventure par toi même !

Kiss Me First
© Channel 4
Kiss Me First
© Channel 4

Comme d’habitude, tu comprendras que les avancements technologiques réunissent les gens et créent de nouveaux sens à la communauté. En vérité, elle nous éloigne les uns des autres. Surtout, elle nous fait perdre notre propre identité et le sens de notre réalité. Mais le thème sous-jacent est celui du complot. D’une histoire banale, 5h après tout est complètement fuckep up. Entre jeu de piste, aventure, paranoïa, Kiss Me First marque surtout pour sa référence à Matrix. Le fameux Red Pill (Pillule Rouge), ça ne te rappelle rien ? Mais si… Quand Morpheus dit à Néo « Tu prends la pilule bleue, l’histoire s’arrête là, tu te réveilles dans ton lit, et tu crois ce que tu veux. Tu prends la pilule rouge, tu restes au pays des merveilles et je te montre jusqu’ou va le terrier ».

À LIRE :   Les paysages radioactifs de David LaChapelle
Kiss Me First
© Channel 4

Last but not least, cette série est une adaptation d’un livre sorti en 2014. En 2016, le monde découvre l’épisode 4 de la saison 3 de Black Mirror appelé San Junipero. Un épisode coup de poing, d’une grande sensibilité. L’histoire de Kelly et Yorkie qui se rencontrent dans un paradis virtuel où la jeunesse y est éternelle. L’une est blanche, plutôt réservée, l’autre est noire, plutôt délurée. Étonnant, mais le casting, et certaines scènes font écho à Kiss Me First.

Kiss Me First
© Channel 4

En bref, pour la qualité graphique de la série qui a nécessité 4 ans de travail, pour l’ambition qui s’en dégage, pour les sursauts parfois dans ton canapé, et pour la veine so dans l’air du temps que tu sois un millennial ou non… Cette série est à voir, en espérant qu’elle soit reconduite !

Kiss Me First
© Channel 4

Plus d’informations : Kiss Me First 

by Warie.

 

Publicités