La victoire des ruin bars sur leurs voisins relous à Budapest

Budapest rocks !

Nul ne peut mettre fin à la fête. C’est un gros fail pour les habitants relous du district VII de Budapest partis déposer un bulletin dans l’urne dimanche 18 février. Alors que se tenait un référendum sur la fermeture à minuit des ruin bars du centre-ville, celui-ci a été invalidé par manque de votants. Pour ton plus grand plaisir.

budapest

Le quartier juif historique de Budapest continuera à être le lieu de la chouille, n’en déplaise aux voisins mécontents. C’est gagné pour le bar Szimpla Kert, lieu mythique à la déco de récup, et ses confrères. Le bras de fer ne date pas d’hier entre les riverains et ces adresses, symboles de l’underground hongrois. Il est né d’une volonté des habitants du district VII de réduire l’afflux des fêtards qui convergent vers cette zone aux 500 débits de boissons. A cette fin, un référendum était organisé par la mairie pour forcer les bars et pubs à fermer les portes quand le carillon sonne les douze coups.

À LIRE :   L'enfer de voyager en avion avec des gens relous
ruin's bar

Mais ce bastion de la vie nocturne de Budapest a montré les crocs. La ligue des ruin bars, menée par le Szimpla, s’est lancée dans une campagne consistant à troller celle des riverains, à base de vol d’affiches, d’usurpation du nom de l’association  » Pour un quartier vivable », peut-on lire dans Libération. De l’autre côté, les râleurs se sont peu mobilisés et le vote se révéla être un échec : un taux de participation de 15,89% au lieu des 50% requis.

referendum
crédits photos : welovebudapest

La massification touristique à Budapest reste une question à poser avec 3,5 millions de touristes accueillis en 2017. Mais limiter l’activité nocturne de ces lieux reviendrait à réduire leur empreinte culturelle et les profits qu’ils soulèvent permettant aux initiés de voir des concerts gratuits et boire pas cher.

budapest

Tu pourras donc toujours passer la nuit à te faire rincer dans ces spots undergrounds. Don’t worry.

budapest