On a regardé « CRAC CRAC » la première émission télé de Mr Poulpe

Mr Poulpe : personnalité préférée des Français en 2018 ?

poulpe

Après avoir fait boire ses invités sur Youtube dans la déjà culte émission « Les recettes pompettes », Mr Poulpe revient, sur le petit écran cette fois-ci, pour leur faire parler de cul dans « CRAC CRAC ». La première était diffusée le 21 décembre sur Canal+ Décalé et on a regardé.

Mr Poulpe a fait les choses bien : un décor tamisé, des surprises – des figurants en sous-vêtements se baladent, un chien est présent sur le plateau – et un premier casting d’invités plus que complet : l’humoriste Bérangère Krief en tête d’affiche, l’arrivée surprise de Kyan Khojandi et des châtelains de la Fistinière, le Youtubeur aux millions de vues MAXENSS, sa maman et Guillaume Canet.

Tous réunis pour parler du fétichisme. Entre autres.

poulpe

L’émission de 40 minutes est divisée en plusieurs rubriques, magnétos et petits reportages aux noms travaillés et aux concepts innovants, décalés, voire, complètement perchés. On pourrait citer par exemple, le micro trottoir, intitulé « Marie fait le trottoir » qui rappelle un peu le Micro-troll de Ludovik, le « Book club » une rubrique présentée par sa mère – oui oui – et ses deux amies, qui revient sur les dernières sorties littéraires en rapport avec le thème de l’émission, ou encore, l’idée complètement géniale de devenir réalisateur de film porno et de décider en direct du dialogue des acteurs pendant qu’ils forniquent, dans « Hollywood Boulard« . Pour cette fameuse rubrique, Mr Poulpe recevait cette-fois Guillaume Canet pour la réalisation de « The Walking Zgueg » un porno qui met en scène une fille habillée comme Lara Croft, un Zombie et un ancien scout pour qu’ils discutent de l’obsolescence des VHS en pleine levrette.

Déjà classique. 

poulpe

Comme à son habitude, Mr Poulpe est ultra-décontracté dans son smoking et ses Vans. Rien ne le choque, tout l’intéresse et il essaye de transmettre cette curiosité. Il parle franchement, n’est pas dans l‘humiliation de la différence et c’est ce qui rend l’émission particulièrement intéressante. Même quand il assiste à un tournage porno de fétichistes de sneakers ou qu’un invité sur le plateau lui raconte que sa première érection c’était après s’être « transformé » en un tabouret. 

En bref, la dynamique de l’émission est bien calibrée et même si toutes les rubriques ne se valent pas, on passe quand même un bon moment. Donc, on vous conseille de regarder CRAC CRAC, rien que pour entendre Mr Poulpe dire à une chercheuse du CNRS « Votre savoir est à l’image de mon penis ».  Du pur génie.

poulpe