Le porno aurait-il du bon ?

Détends-toi, mate un film de Q

porno1

Le porno est en quelque sorte un paquet de clichés. Mais non je t’assure ce n’est pas toujours quelque chose de sale, et crois-le ou non, les acteurs et les actrices de X ont une vie en dehors des films.

Pour beaucoup de personnes,  le porno est une vision erronée de la sexualité. Peut-être. Pourtant, certain.e.s aiment les pratiques SM, les plans à 3, la fellation… Si des pratiques peuvent paraître humiliantes pour certain.e.s, mater un porno n’engage à rien. Et puis tu crois vraiment que lorsque tu regardes un film romantique, tu es dans la vraie vie ?

Et si on parlait des bienfaits du porno ? Le porno peut être pour certains une suggestion de nos attentes au pieu, comme si on projetait ce que l’on voulait nous faire dans ce qu’on pourrait appeler « la vraie vie ». Fast-food du plaisir pour certain(e)s, le X serait une sorte de préliminaires sexuels, et un booster de libido.

solitude

De nombreux témoignages montrent à quel point le porno a été « un remède contre la solitude ». Oui, on n’a pas tous une vie sexuelle ultra déchainée et des plans Q à contacter dès que l’on se sent seul(e). Et puis, l’idée du porno est parfois faussée par les normes imposées. Dans certains cas, elle est une libération sexuelle. Emancipation sexuelle et projection, le porno est aussi une manière de percevoir sa propre sexualité comme quelque chose de normale, surtout lorsque certains sujets restent tabous.

À LIRE :   Des hébergements pour les réfugiés à Paris

Les films pornos sont ainsi susceptibles d’instaurer une ambiance propice à des pensées érotiques personnelles. Même si, Christophe Marx, docteur en médecine et auteur du « Du désir au plaisir sexuel« , rappelle qu’« on n’a pas attendu le porno pour se passer un film dans la tête », le porno serait devenu un moteur dans la vie sexuelle.

Aujourd’hui, ils/elles ont compris que « leurs plaisirs ne dépendaient pas de leurs partenaires », reconnait Titiou Lecoq, journaliste, blogueuse, essayiste et romancière française. Dans ce cas, le porno serait une manière de vivre indépendamment des autres, sans être dans le besoin de transmettre ou de recevoir du plaisir. 

solitude

Mais que se passe-t-il dans la tête d’une personne qui mate un film de cul? Une récente étude australienne nous révèle que 20% des amateurs de porno préfèrent leurs vidéos aux relations sexuelles avec leurs partenaires, 10% des femmes regardent du porno tous les jours, et 50% des spectatrices préfèrent visionner en se la jouant solitaire. 

porno

 

Tout ça pour pour te dire, qu’il fait parfois bon de vivre, dans l’ère du porno ! Véritable accessoire d’un plaisir, tu peux donc te décoincer et savourer ce plaisir cinématographique. Mais ça c’est toi qui voit et surtout à consommer avec modération !