Pourquoi l’Om ne peut-il pas perdre ?

OM-PSG, ou comment ne pas être objectif.

om-psg

Bon, on ne va pas se mentir, hier soir et ce malgré les invitations répétées de Tante Olivia, on a longtemps hésité avant d’aller à ses noces de porcelaine, d’ailleurs on ne sait même pas combien d’années ça fait mais au fond ça nous intéresse pas vraiment… En effet, hier soir c’était le Clasico, Marseille-Paris, OM-PSG pour les connaisseurs, USA-Qatar pour les politologues, et comme à chaque réunion de famille, on sait que ça va être la guerre entre pro-Paris et pro-Marseille ! Pour vous donner une idée, c’est ce genre de moments où le salon de la famille se transforme en comptoir de PMU tant les discussions se font profondes.

19h, arrivée sur les lieux du crime : « Alors il est où le cousing parisieng ? », ce à quoi Mickael, le cousin parisien en question, répond « T’es prêt pour la branlée ? Tu crains dégun c’est ça ? », Ma foi !

On vous résume brièvement le match, pas celui sur le terrain mais plutôt dans le salon. Après avoir avalé en deux bouchées le dîner que Tante Olivia avait passé l’après-midi à faire –vraiment tout un après-midi pour ça ? Bref…– les quolibets fuyaient aussi vite que Neymar voulant tirer un corner sous un déluge d’amour venant des tribunes marseillaises !

« Y’a faute là OH ! » « Et la main dans la surface ? » « Quoi ? Une main ? » Le ton est donné…

Bon parlons du match sur le terrain cette fois. Le plan était pourtant parfait : un stade plein à craquer, une ambiance de folie, une envie de tous les instants, un but à 10 minutes de la fin, Neymar expulsé, à croire que l’ombre de Bernard Tapie planait sur le Vélodrome tant tout se passait à merveille pour les marseillais… On n’insinue rien du tout, on ne veut surtout pas de problèmes !

À LIRE :   "On n'est pas chez Mémé" : les expressions de beauf à bannir
afp-photo-boris-horvat om-psg

Afp-photo-boris-horvat om-psg

Côté parisien, la semaine avait commencé avec un trop plein de confiance –pour changer– la promesse faite par Mbappé de planter des buts à Mandanda, d’ailleurs il était vraiment sur le terrain hier Kylian ? Thomas Meunier qui comparait ce match à n’importe quel autre, et Ben Arfa dans tout ça ? Il a marqué avec l’équipe B ? Je plaisante personne n’est au courant et on s’en fout !

Toujours est-il que le match était plaisant à regarder, de l’intensité, de la vitesse, de la tension, une organisation tactique quasi infaillible de Rudi « Pep » Garcia. Comme attendu l’homme du match était brésilien, non pas Neymar, plutôt Luiz Gustavo, on entend déjà les marseillais crier au scandale lorsqu’il n’aura pas le Ballon d’Or (QUOI ? Il n’est même pas nominé ?) et que Mandanda ne sera pas titulaire à la Coupe du Monde en Russie… Quand soudain, Bouna Sarr, 13ème joueur parisien le temps d’une soirée, qui d’une magnifique extension de l’Ischio-jambiers extrêmement technique à cet instant de la rencontre, parvient à attraper la jambe de Cavani et lui offre une occasion de but à la dernière minute. Evidemment, on connaît la suite…

om-psg

Bien sûr, les 2 cousins ont refait le match plusieurs heures durant inventant des insultes dont on n’aurait même pas osé penser ! Mention spéciale au « Cavanique ta mère », « En attendant c’est lui qui te l’a mise » – OKAY on a compris je pense !

Une chose est sûre, la prochaine fois on y réfléchira à 2 fois avant d’aller chez Tante Olivia…