La MDMA serait moins dangereuse que l’alcool (?)

Tu ne bois pas, tu ne fumes pas mais tu prends de la MDMA ? T’as raison c’est plus sain.

mdma

Alors celle-là, on l’a pas vu venir, mais pourtant plusieurs études sembleraient indiquer que la MDMA serait moins dangereuse que l’alcool. Et pour cause, l’alcool tue encore chaque année en France près de 50 000 personnes. C’est la deuxième addiction la plus meurtrière après le tabac. Mais ce n’est pas tout, nos comportements en état d’ébriété sembleraient également plus dangereux que lorsque nous fumons de la weed ou prenons de la MD. Prenons l’exemple du sexe.

Selon le postulat de cette étude en forçant (mais très légèrement) le trait, avec l’alcool les filles ont une légère tendance à s’autoriser plus facilement à faire ressortir la petite catin qui sommeille en elles et pour les mecs à vouloir coucher avec n’importe qui, pour peu que la personne en question respire et ait des dents(1)c’est important. Joseph J. Palamar, chercheur à la santé public à l’université de New York s’est longtemps intéressé au sujet. Pour lui, la MDMA décuple la sensualité, alors que l’alcool désinhibe et créé un besoin de sexualité. Le chercheur va encore plus loin, car selon lui vous n’avez quasiment pas besoin de  pénétration quand vous prenez de la MDMA puisque tout est plus fort : les bisous, les câlins, les caresses. En bref, pour lui : vous vous excitez mais vous ne prenez pas de « risques ».

mdma

Enfin, c’est le débat que posent ces recherches car d’autres chercheurs, comme Andrew Parrott sont rapidement venus controverser cette étude expliquant qu’au contraire, la MDMA augmentait les risques. En 2015, celui-ci avait d’ailleurs interrogé 40 étudiants de l’université de psychologie de Swansea au Pays de Galle qui, deux sexes confondus, avaient rapporté avoir eu plus de rapports non protégés et de comportements à risque avec la MDMA qu’avec l’alcool(2). S’il semblerait que les chercheurs ne se soient pas mis d’accords sur ce point, une chose est sûr, le débat est lancé.

À LIRE :   The Kid : les portraits cinglants d'une jeunesse tourmentée.

En Angleterre, en 2007 plusieurs experts et chercheurs du domaine avaient demandé –  avec succès – une nouvelle classification de la dangerosité des drogues par le gouvernement. Le résultat était sans appel : si l’héroïne était toujours numéro 1, l’alcool passait à la 5ème position, loin, loin devant le cannabis à la 14ème position ou encore l’ecstasy à la 18ème. Bingo. 

Il semblerait donc que la MDMA soit bel et bien moins nocive du point de vu strictement médicinalsi l’on peut dire – mais que l’exemple du sexe n’ait simplement pas réussi à le prouver. Quoi qu’il en soit, nous vous conseillons de ne prendre ni l’un ni l’autre ! Préférez plutôt à cela un bon shoot de Julie Lescaut et une bonne tisane. Ça assomme à peu près autant.

 

Sources : Guardian / Nymag / 20minutes / OMS

 

1. Le postulat de départ a de quoi faire hurler

2. Une étude, 40 personnes. hum!