Le street art, une arme politique en Russie

Un art rempli de revendications et de styles !

Arrête tout ! Le plus long mur de street art est en Russie ! Dans le cadre du festival ArtOvrag, le street-artiste Misha Most a peint une fresque de plus de 100 mètres carrés. Petit rappel historique : les artistes de rues se sont installés dans la ville de Arbat en Russie dans les années 80, en pleine Guerre Froide, transformant une simple rue piétonne en une attraction touristique en plein coeur de la capitale, mais ont dû quitter le pavé dû au contexte de l’époque. Ainsi ont émergé par exemple des fresques célébrant la victoire contre le nazisme. L’occasion de mettre en lumière les streets artistes qui font la Russie d’aujourd’hui !

art

La Russie, ce grand pays, de 17,1 millions km², a accueilli la plus grande peinture murale qu’il n’y ait jamais eu. Les chamboulements politiques au sein même du pays, provoque quelque part des contestations de la part des citoyens russes. Il faut dire que le pays a toujours fait parler de lui. Entre persécutions envers la communauté homosexuelle et querelles internationales, l’envie de liberté est au goût du jour dans le pays. La différence entre un street-artiste français et un russe ? Je te laisse deviner : un message identique, mais pas les mêmes sanctions…

« Il y a des gens ici qui estiment représenter l’art contemporain et qui n’envisagent pas le street art comme un véritable art, ils pensent que ce n’est pas sérieux, regrette la responsable de la biennale Artmossphere. C’est pourquoi nous voulons prouver qu’il s’agit bien d’un art et d’artistes, et qu’ils sont nombreux. » disait alors Sabina Chagina fondratrice de Artmossphere Street Art Biennale.

À LIRE :   Coney Island, une histoire de quartier en photos

Misha Most

art

Membre du collectif « Zachem », le street artiste Misha Most, mérite d’être cité. Ayant une expérience dans l’activisme de rue, le street-artiste crée des oeuvres de nature sociale et post-apocalyptique, aux influences de science fiction des années 60/70, incluant des projets scientifiques et un homme robotisant, ayant pour objectif de permette aux travailleurs et à la classe ouvrière de s’identifier. Le street-artiste a passé près de 40 jours à peindre une surface de plus de 10 000 m2. Une oeuvre artistique relativement impressionnante, sur le point d’entrer dans le Guinness des Records, et visiblement méritée !

P183

art
 P183 rend à la fois hommage aux manifestants (ceux des Printemps arabes ou de la Révolution orange) et dénoncent la répression policière ou l’obsession sécuritaire du pays.

Surnommé le « Banksy russe » de son vrai nom Pavel Puhov, le street-artiste P183, n’a eu de cesse d’utiliser son art à des fins politiques.  L’artiste est connu pour son oeuvre politique totalement anti-Poutine : une autodétermination courageuse et spectaculaire, rendant hommage à Boris Nemtsov, homme politique libéral russe, menacé régulièrement par le Kremlin, assassiné le 27 février 2015 à Moscou, et à des manifestants morts, autant pendant les Printemps arabes que dans son propre pays, en février 2016. En février 2012, des magazines tels que The Guardian, le comparait déjà à Banksy, alimentant une réputation d’artiste politisé.

Red Vaporz

En mai 2014, les français Nicolas Delpeyrou et Vasco Lopez ont co-réalisé un reportage sur le street art en Russie qui malgré les difficultés liées au contexte politique est en plein expansion ! https://www.youtube.com/watch?v=Fs0nNWxiBlA