Retour sur le travail de Christer Strömholm, ténor de la photographie.

stromholm

Visionnaire, moderne et légendaire.

Mort il y a maintenant 15 ans, le travail du suédois Christer Strömholm est loin d’avoir perdu de son attrait. Pour vous raconter brièvement la vie de ce grand monsieur, il nait en 1918, en Suède. Après avoir partagé les débuts de ses études – pour devenir peintre – entre son pays d’origine et l’Allemagne, le jeune homme âgé d’une vingtaine d’années à l’époque décide de sillonner l’Europe, l’Afrique, les Etats-Unis ou encore l’Asie. Et il prend tout en photo.

Résultat ? Des clichés d’une dureté maîtrisée, présentant une vision du monde assez noire et souvent décalées. Il avait par exemple suivi le quotidien de 5 trans à Paris, dans les années 50/60, dans une série appelée « Les amies de la place blanche« . Il s’était également rendu au Japon pour photographier les visages des premières victimes de la catastrophe Hiroshima.

À LIRE :   Michal Pudelka rend hommage aux femmes avec Girls,Girls, Girls
stromholm

Il faudra attendre les années 80 pour que son travail remporte le succès qu’il mérite. Il remportera plusieurs prix pour son travail grandement influencé par ses nombreux voyages, et plutôt avant gardistes pour l’époque. Il n’hésitait pas, par exemple, à apparaître discrètement sur ses photographies.

Après avoir passé plusieurs années en tant que professeur, il fonde en 1962, avec Tor-Ivan Odulf, l’école de photographie de l’université de Stockholm. Il formera pas moins d’un millier d’élèves durant ces années d’enseignements. À ce jour, Christer Strömholm fait toujours figure de légende dans le monde de la photographie.

Pour (re)découvrir son travail vous pouvez directement vous rendre sur son site internet juste là. En attendant on vous laisse avec une sélection de ses clichés.

stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm stromholm