La douceur des photos d’Elsa Bleda à Johannesburg.

elsableda

AVEC ELSA BLEDA, JOHANNESBURG EST ROSE, DOUX ET ENVOUTANT.

Elsa Bleda, originaire de France, a toujours voyagé. Depuis son plus jeune age elle sillonne avec sa mère les villes d’Europe. À 18 ans, elle découvre l’Afrique du Sud dans le cadre d’un voyage en solitaire. D’abord Cape Town puis Johannesburg. C’est le coup de foudre. Elle décide de s’y installer et de photographier la ville de nuit, silencieuse. Ses photos sont d’une douceur rare dans un pays encore fortement marqué par la ségrégation et où la violence est à tous les coins de rue.

Mais Elsa a décidé de montrer un visage différent de cette ville. Avec elle, pas de grands paysages urbains, déshumanisés, pas de stéréotypes, mais plutôt des néons, des silhouettes, des devantures de magasins et cette ambiance si particulière qu’elle réussi à faire transparaître à travers son objectif avisé. Interviewée par le magazine DAZED, elle s’explique « J’ai toujours dis à mes amis que je sentais quelque chose ici que je n’avais jamais senti nul part ailleurs. Il y a quelque chose de très gothique et ça en devient déstabilisant. Les bâtiments sont déroutants. Vous avez cette architecture très brutale, puis très Art Déco et puis, plus rien autour. Et cet air, cet atmosphère…  Passée une certaine heure, tout ferme. Il y a alors cette atmosphère du passé qui hante la ville. Cape Town n’a pas ça. Durban non plus. C’est une ambiance propre à Johannesburg« .

À LIRE :   Dave Engledow, le papa complètement perché

Une ambiance qu’elle retranscrit comme personne dans ces clichés épurés, édulcorés, doux et complètement envoutants.

elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda elsableda

Plus d’informations : Instagram / Flickr