Ces temples originaux et incontournables qui font Kyoto

Petite sélection, du meilleur des temples à visiter si tu passes à Kyoto

Aaaah Kyoto… cette ancienne capitale impériale du Japon, aujourd’hui cité traditionnelle par excellence, fait partie de ces destinations incontournables si tu te payes un petit séjour  au pays du soleil levant. Avec plus de 2000 temples bouddhistes et sanctuaires shintos, pour la plupart classés au patrimoine mondial de l’Unesco,  le touriste que tu es n’aura pas le temps de s’ennuyer, ni de se reposer. Pour t’éviter un circuit interminable et que tu puisses faire la tournée des restaurants sans louper le plus important, voici une petite sélection bien utile des temples (et sanctuaires) qui méritent que tu y jettes un coup d’œil.

1. Par contre, si tu recherchais des coins hors circuit touristique, c’est quelque peu foutu. Surtout si tu vas au célèbre Pavillon d’or, le Kinkaku-ji. Observable que de l’extérieur, le temple très prisé des touristes et des selfies, offre cependant un cadre qui vaut le détour et qui a chaque saison, semble se métamorphoser.

Kyoto

2. Autre destination ultra connue : le Kiyomizu-dera, grand temple de l’eau, qui offre depuis son bâtiment principal, construit à flanc de montagne, une vue imprenable sur Kyoto. Par contre un panorama pareil ça se mérite, donc attends toi à faire un peu de grimpette !

Kyoto

3. Bien entendu, le Fushimi Inari Taisha est lui aussi un incontournable. Situé à dans les environs de Kyoto (compte pas mal de temps dans les transports), le sanctuaire est connu pour ses enfilades de portes appelées torii, qui constituent un circuit pédestre de plusieurs kilomètres, d’une durée d’environ 2h si tu as le courage d’aller jusqu’en haut. Nous on l’a fait et on s’est arrêtés au premier restaurant venu. Si la perspective de marcher des plombes ne te tente pas plus que ça, dis-toi qu’à la fin un panorama de dingue sur l’ensemble de la ville et ses alentours, t’attend !  Ainsi que de la bonne bouffe, c’est l’autre bonne nouvelle.

Kyoto Kyoto

4. Le temple Sanjusangen-do fait partie de ces temples bouddhistes avec un petit truc en plus. Et dans le cas présent, ce truc ce sont les 1001 statues de la déesse de la compassion Kannon. Réalisées en bois et disposées en 10 rangées de 100 statues, ces représentations dorée et à taille humaine, possèdent d’innombrables bras et sont toutes différentes sans exception. Par contre, obligation de se déchausser à l’entrée et interdiction de prendre des photos !

Kyoto

5. Le grand temple du Dragon Céleste, aussi connu sous le nom de Tenryû-ji, est LE plus important des 5 grands temples de Kyoto. Construit au XIVème siècle, en hommage à l’empereur Go-Daigo (qui n’est pas décédé récemment comme l’indique les nombreuses descriptions), il est le représentant japonais principal du bouddhisme zen Rinzai. Situé près de la forêt de bambous d’Arashiyama, le Tenryû-ji possède également l’un des plus beaux jardins du pays.

À LIRE :   Le Street Food Temple est de retour !
Kyoto

6. Si tu as envie d’un peu de calme et de zénitude, le jardin de pierres du Ryoân-ji est parfait ! « Si ce que tu as à dire n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi ». Certes c’est un proverbe arabe, mais ici, le touriste est invité à se taire et à contempler les visuels du jardin gris sans autre bruit que celui du vent. Après, rassures toi, la verdure n’est pas loin, il y a un parc boisé ainsi qu’un étang à proximité.

Kyoto

7. Là on s’aventure enfin hors des circuits touristiques, avec notamment le temple Tandenan. Sa particularité : le visiteur peut écrire à même les murs du temple, d’où son surnom « Rakugaki-dera », soit « le Temple du Graffiti ». Une pratique autorisée à l’époque par le prêtre pour remercier les habitants pour avoir contribué à sa rénovation et qui perdure aujourd’hui contre 300 yen (moins de 3€).

Kyoto Kyoto

8. Le sanctuaire Yasui Konpiragu fait partie de ces endroits sacrés davantage fréquentés par les Japonais que par les touristes. La raison ? Sa pierre « magique », l’Enkiri-Enmusubi Ishi (la pierre qui coupe ou qui connecte), qui aurait le pouvoir de renforcer ou de carrément briser une relation. Sympa. Il suffit d’écrire son vœu sur un papier, de passer à travers l’immense pierre via un trou d’à peine 50cm de diamètre, soit d’avant en arrière ou inversement selon que l’on veut faire ou défaire une situation. Le sanctuaire est dédié à un empereur qui avait été obligé de se séparer de son épouse préférée, d’où la réputation du lieu.

Kyoto

9. Et on termine avec le temple Adashino Nenbutsu-ji, situé tout comme le grand temple du Dragon Céleste, près d’Arashiyama. Encore moins touristique que les deux précédents, le temple bouddhiste possède un cimetière au passé digne des films d’épouvante. Dans sa partie la plus ancienne, près de 8 000 statuettes se dressent parfois méconnaissables, depuis l’époque Heian (794 – 1185). Ancien charnier à ciel ouvert, il fut transformé en cimetière par un moine au IXème siècle pour offrir à ces âmes, une sépulture correcte et le repos qu’elles méritent. Les photos sont depuis quelques années interdites pour ne pas troubler la sérénité de ce lieu. Pour les adeptes des histoires de fantômes, il y a moyen ici d’en trouver de bonnes.

Kyoto