Keiichi Tanaami is back en expo avec des œuvres toujours plus explosives

L’artiste Keiichi Tanaami dévoile « Amulet of the Tapir « au Japon

«Ça te dis d’aller voir l’expo de Keiichi Tanaami ce week-end ? ». Hum, ça risque d’être un petit peu loin tant donné que quelle se passe au Japon, et plus précisément dans la galerie NANZUKA à Tokyo. Depuis juin et jusqu’au 5 août, l’artiste japonais issu du mouvement artistique d’après-guerre,  connu et reconnu à travers le monde, s’expose. On ne le présente normalement même plus mais faisons une exception rien que pour aujourd’hui.

Keiichi Tanaami

Né en 1936 à Tokyo, ce vétéran du pinceau a d’abord été associé au Néo-dada japonais, avant de se laisser clairement influencer par les artistes Pop Art occidentaux tels que Warhol ou encore Lichtenstein (pour ne citer qu’eux). Une touche psychédélique qui ne le quittera plus durant sa longue carrière. Une particularité qui vient aussi du fait que la plupart des thèmes des œuvres de celui qui en plus de faire dans l’illustration, verse aussi dans le design, la sculpture et la vidéo, sont issus de ses rêves. D’où le côté un peu sauvage et bordélique.

À LIRE :   Pour sa nouvelle édition, Dour envoie encore et toujours du lourd !
Keiichi Tanaami

« Amulet of the Tapir » est composé d’une dizaine de toiles dont les sujets mélangent à grand renforts de Blam, Wham, Craack et autres Whaaaa ; à la fois décors galactiques, ambiances médiévales et personnages issus du folklore traditionnel. On vous laisse détailler chaque illustration et repérer les références aux comics et à la pop culture. « Les derniers travaux de Tanaami sont le reflet d’expériences qu’a réellement vécu l’artiste dans sa jeunesse », détaille un communiqué de presse. « Le bombardier américain est une référence aux comics et la bombe personnifiée entourée de rayons de lumière sont directement connectés aux souvenirs de la guerre dont a été témoin le jeune Keiichi. Les nombreux monstres squelettiques représentent ceux qui ont été blessés durant la guerre et implique également nos propres êtres qui vivent sans connaître la peur ».

Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami Keiichi Tanaami

 

Le site de l’artiste est juste ici.