Pour certaines, alimentation ne rime pas avec passion

L’alimentation n’est malheureusement pas une partie de plaisir pour tout le monde.

Dans un article publié sur francetvinfo.fr en 2014, on apprend que « l’anorexie et la boulimie touchent de 5 à 10% de la population française« , selon une étude réalisée par ‘lInserm de Rouen. Dans le monde, on estime aussi à 70 millions le nombre de personnes souffrants d’un mal lié à l’alimentation. Ce sujet grave est pourtant incroyablement tabou et pousse les individus concernés à s’isoler, s’enfermer dans leur mal-être.

alimentation

C’est en Occident, dans les pays industrialisés et riches, que l’on constate le plus de cas d’anorexie et de boulimie. La faute aux images retouchées dont sont bombardés les gens, notamment les jeunes filles… Une lourde pression sociale pèse sur les épaules de ces dernières et les incitent à se regarder dans le miroir avec un regard sans pitié.

Peut-être l’ancienne étudiante en photographie Mafalda Rakos a elle aussi fait partie de ces filles qui rejettent leur reflet. Ou peut-être pas. Ce qui est certain, c’est qu’avec son travail photographique, elle tente de montrer la réalité sensible et fragile de la situation des demoiselles anorexiques et/ou boulimiques, sans les montrer du doigt et juger leur souffrance. Contrairement aux médias dont la tendance s’axe vers la diabolisation des troubles de l’alimentation, Mafalda Rakos donne la parole aux filles via des images, des textes, des interviews et des dessins. Ce qui compte est leur histoire autant que leur vision d’une maladie qui en dit long sur notre société de l’image.

alimentation alimentation alimentation alimentation alimentation alimentation alimentation alimentation

Retrouvez le travail de Maflada Rakos sur Internet et lisez-en plus sur sa série ici

Publicités