Ce que vous ne savez pas sur Damso

Damso, le rappeur belge qui bouleverse le rap francophone

Du haut de ses 1m92 et de ses 25 ans, le rappeur et compositeur belge impose son style en France depuis déjà quelques temps. Damso offre un rap conscient, violent et brillant. Avec deux albums sortis en moins de 2 ans, déjà disque d’or et disque de platine, le protégé de Booba a su en conquérir plus d’un. Son dernier album Ipséité a propulsé Damso dans le rap game francophone.

damso

Mais alors, Damso Kiétu ?

William Kalubi aka Damso est né en mai 1992 à Kinshasa au Zaïre (ancienne République Démocratique du Congo). Sa famille et lui ont été contraints de quitter le pays à cause de la guerre civile. C’est justement dans ses morceaux Graine de Sablier et Exutoire que le jeune Damso raconte les horreurs et la violence qui l’ont marqués, malgré son jeune âge : « les tirs de kalash m’empêchaient de rêver », « tue tout l’monde, même des femmes enceintes ».

Une enfance au milieu des balles et une famille qui a tout perdu et qui a dû repartir de zéro. Damso le dit lui-même, il ne vient ni du ghetto ni de la cité. En effet, son père cardiologue a dû abandonner son cabinet et sa mère, sociologue, s’est installée avec ses enfants en Belgique. C’est à partir de l’âge de 9 ans et demi, une fois installé en Belgique, que William Kalubi (qui allait devenir Damso) a découvert le racisme.

Des discriminations que Damso a connu dans ses études et dans le monde du travail. En effet, il a galéré à trouver un travail et ce, sûrement à cause de son physique imposant. Il est tombé dans plusieurs trafics, pour gagner des sous. Toujours en gardant son objectif principal : faire de la musique, son métier.

damso

Un rappeur passionné et persévérant

Damso a commencé à rapper à l’âge de 13 ans. Dès son arrivée en Belgique, les frères du jeune William lui ont fait découvrir le rap américain mais aussi francophone notamment Booba et Method Man.

Ses parents l’ont poussé à poursuivre ses études, il s’est donc inscrit à la fac de marketing et de psycho mais il a passé plus de temps dans les studios d’enregistrements. Une époque de galère pour Damso, qui vivait dans les différents squats de la ville et trafiquait à droite à gauche pour se faire de l’argent.

Finalement, Damso n’a jamais cessé d’écrire et il a crée en 2006 avec son ami d’enfance Dolfa, le groupe de musique OPG qui s’agrandira pour accueillir Rex, Ducke et Lio Brown. Ils sortiront un mixtape intitulée MMMXIII. Damso, quant à lui, sort sa première mixtape « Salle d’attente » en 2014 qui trouvera un certain écho sur internet.

À LIRE :   Best of 2015 des pires CV
damso

Rencontre déterminante avec le DUC de Boulogne

Le frère de la rappeuse Shay (signée sur le label 92i) le recommande à Booba. Après l’écoute de son tube Débrouillard, Booba envoie quelques prod à Damso et ils commencent à travailler ensemble à distance. Le DUC de Boulogne convie Damso sur son album Nero Nemesis, pour le morceau Pinocchio où Damso balance du lourd : « J’pointe devant gros cul, tu pointes au chômage, le rap game n’a plus de kérosène pour le décollage, mon flow prend le large le tient prend de l’âge »

Il rejoint ensuite le collectif de Booba 92i puis signe chez Universal. A base de persévérance et de beaucoup de passion, Damso travaille comme un dingue pour confirmer les espoirs placés en lui. Le 8 juillet 2016, il sort son premier album Batterie Faible, certifié disque d’or quelques mois après sa sortie.

damso

Ipséité

Damso sort son denier album tant attendu le 28 avril 2017. Tellement attendu qu’il a fuité 4 jours avant sa sortie officielle. Cela en dit long sur l’attente qui se faisait trop longue pour certain.

Le terme Ipséité (Ipso en latin) désigne l’ensemble des éléments qui font qu’un être humain est unique et ne ressemble à personne d’autre. Une manière de marquer sa différence, et de montrer qu’il fait les choses à sa manière.

Un écorché vif qui vit le rap comme il l’entend, sans aucune concession. Il déclare même dans son interview au magazine Les Inrocks : « La noirceur de mes propos dépeint la réalité ». Du rap sale, cru, violent. Beaucoup de cul, de drogue, de machisme, mais Damso refuse de faire une croix sur la violence verbale pour plaire au grand public. Il a choisi de raconter les choses à sa manière, sans filtre. Ipséité est donc un alliage entre confession et violence.

damso

Finalement Damso a su conquérir l’hexagone à coup de punchlines violentes et brillantes. Il faudra maintenant attendre le 6 novembre pour le voir à l’Olympia de Paris. Les dates de l’Ispéité Tour sont dispo sur son facebook.

Et pour en savoir plus sur la personne de Damso, on te laisse lire son interview sur la page des Inrocks.