Aum est l’une des sectes les plus dangereuses du monde

La secte Aum avait traumatisé le Japon après l’attentat dans le métro de Tokyo

secte

Aum Shinrikyō

Créée en 1984 par Shoko Asahara, Aum Shinrikyo devait être à la base un simple atelier de yoga. Cinq ans plus tard, elle obtient pourtant le statut officiel d’organisme religieux grâce au soutien du 14ème dalaï-lama. Un soutien, qu’il a par la suite regretté !

À ce moment, la secte compte 10 000 membres au Japon, et 35 000 en Russie. Avec l’ampleur qu’elle prend, Shoko Asahara ira même jusqu’à organiser la structure de sa secte comme celle d’un gouvernement. Il fondera le parti de la Vérité Shinri to, et présentera 25 candidats aux 39ème élections sénatoriales. Heureusement, aucun ne sera élu.

secte

Idéologie

Les croyances de cette secte sont principalement inspirées du bouddhisme, de l’hindouisme, de l’apocalyptisme chrétien et du New Age. Un mélange extrême qui donne un mouvement déterminé à provoquer un Armageddon. Le groupe considère en effet que le gouvernement japonais corrompu est voué à l’échec, ils devraient donc tous mourir. Seuls les adeptes de la secte survivraient à ce combat entre le bien et le mal. Un peu tirée par les cheveux cette histoire !

Concept de « poa »

Au fil du temps, la secte impose sa politique extrême. Toute personne qui s’opposera à elle, sera susceptible d’être tuée ou enlevée. Le gourou, Shoko Asahara, justifie ces crimes avec le concept de « poa » : assassiner quelqu’un est légitime si la victime allait commettre un acte qui lui attirerait un mauvais karma. En bref, les membres de la secte pouvaient tuer n’importe qui !

En plus de ces crimes, la secte avait des pratiques douteuses. Pendant les séances de yoga, les fidèles vivaient des expériences paranormales : voir une lumière ou sentir l’énergie monter en eux. Le gourou les avait surtout tous défoncés aux amphet’ et au LSD pour leur faire croire qu’il avait la capacité de leur faire atteindre un certain niveau spirituel (WTF ?!).

À LIRE :   Les gens des métros du monde par Stan Raucher

Des techniques de manipulation mentale étaient aussi pratiquées : moins de temps pour dormir, de nombreuses choses à faire, accès interdit à tout ce qui vient de l’extérieur. Les moindres gestes des fidèles étaient surveillés par le gourou.

Nombreux actes criminels

En 1990, le groupe s’essaye au bioterrorisme. Ils avaient équipé trois véhicules destinés à déverser de la toxine botulique dans la ville de Tokyo, dans la base navale américaine de Yokosuka et dans la zone de l’aéroport international de Narita. Par chance, l’attaque est un échec. Mais ce n’est pas le seul acte criminel qu’aura tenté de commettre cette secte.

En 1992, le groupe tente de se procurer le virus Ebola au Zaïre lors d’une mission humanitaire. Encore un échec. En 1994, une première attaque chimique est déclenchée dans la ville de Matsumoto. Bilan : 8 morts et 200 blessés.

En 1995, les habitants de Tokyo subissaient la plus grave attaque meurtrière depuis la Seconde Guerre Mondiale. La secte Aum Shinrikyo commettait en effet un attentat au gaz sarin dans le métro. Bilan : 13 morts et 5 500 blessés.

Et ce n’est que quelques exemples cités parmi une vingtaine d’activités criminelles.

secte secte

Aujourd’hui

Fin 95, la secte perd son statut officiel. Désirant rompre avec le passé violent de la secte, les membres la renomment Aleph. La secte compte aujourd’hui 1 600 membres et 28 établissements. La doctrine de « poa » est abandonnée, les membres se sont engagés par écrit à respecter la loi. Elle joue maintenant la carte de la transparence : réunion huis clos interdites, plus de gourou.

Shoko Asahara et d’autres membres du groupe ont été condamnés à mort en 2004 pour avoir commis l’attaque au gaz sarin à Tokyo. Considérant que la secte Aum est encore « une menace pour la société », elle est depuis placée sous surveillance. Espérons juste qu’aucune énième folie ne leurs traverse l’esprit !