Arrêt sur image avec Jacqueline Roberts

Une série de portraits à l’intensité particulière

Nebula (en latin : nuage de poussière) est une série de photos réalisée avec le procédé du collodion humide par la talentueuse photographe Jacqueline Roberts. Avant de devenir photographe, Jacqueline a étudié les sciences politiques et a travaillé pour divers organismes internationaux.

Aujourd’hui, elle réinvente la photographie grâce à cet ancien procédé, apparu dans les années 1850 et qui pendant des décennies, a représenté le meilleur de la photographie. Le procédé du collodion consiste à sensibiliser avec du nitrate d’argent une fine couche de collodion photographique qui a été versée sur une plaque de verre ou d’aluminium. Un procédé qui demande du temps, beaucoup de précision , de la passion et qui peut donner un résultat aussi parfait que raté. 

collodion collodion collodion collodion collodion

Dans la série photo Nebula, la photographe a décidé de photographier la période de transition que l’on a tous connu, celle de l’enfance à l’adolescence. On a l’impression de plonger dans une espèce de faille spatio-temporelle avec d’un côté, la technique photographique très délicate et une période de la vie tout aussi délicate et difficile à expliquer.

La série photo de Jacqueline Roberts, réalisée avec le procédé du collodion humide, apporte à la photographie une intensité unique, celle d’un mélange entre ombre et lumière. L’atmosphère qui se dégage des clichés, est en accord total avec les sujets qu’elle a pris en photo. En effet, pour Jacqueline, les enfants sont loin d’être des créatures innocentes et pures. Une dualité que la photographe a su faire ressortir dans sa série grâce au collodion et aux enfants.

À LIRE :   Fong Qi Wei met les images sur pause
collodion  collodion collodion collodion collodion collodion collodion

Pour la photographe, le plus important dans la photographie reste la possibilité de faire un arrêt dans le temps. Le procédé du collodion humide est une technique qui demande du temps et c’est ce que Jacqueline apprécie. Prendre le temps de créer une par une les images, sans savoir si le résultat sera réussi ou totalement raté. Une intensité et une authenticité qui s’est perdue avec l’apparition du numérique, selon elle.

En attendant, cette série photo nous transporte réellement dans cet univers qu’est l’enfance-adolescence. Nebula est apparu en livre en 2016. On peut y retrouver l’intégralité des clichés de Roberts mais également un texte signé Frank Kalero.

Pour voir l’intégralité du travail de Jacqueline Roberts, on te conseille de faire un tour sur son site, son instagram et/ou son facebook.