Comment reconnaitre un breton dans un festival breton?

La Bretagne, c’est beau, rempli de bretons et surtout, c’est une terre de festivals

Les Vieilles Charrues, La Route du Rock, Astropolis, Fête du Bruit, Les Insolents, Les Transmusicales de Rennes, le Motocultor, le Festival Interceltique de Lorient ou encore la Fête de l’Oignon rose et des Johnnies de Roscoff, pour ne citer qu’eux. Et la liste est longue

Bref, on est en Juin, la période des festivals d’été à déjà commencée et va durer un peu plus de deux mois. Deux mois de joyeux bordel, de picole, de tentes Quechua à l’odeur suspecte qui chauffent au soleil, de picole, et de pleins d’autres trucs qui font la beauté des festivals bretons.

Bretagne

Si, comme plein d’autres gens, et c’est bien malheureux, vous n’êtes pas breton et souhaitez avoir des conseils et autres « tricks » pour survivre en territoire hostile, permettez vous de suivre quelques astuces ma foi pas piquées des hannetons.

Bretagne

– Reconnaitre le Breton –

Facile à dire. Facile à faire aussi. Déjà, le breton te dit qu’il est breton. S’il ne vous informe pas de ses origines dès la première ou seconde phrase, attendez deux ou trois minutes, soit le temps qu’il lui faut pour qu’il réalise qu’il parle avec un(e) inconnu(e) et n’a pas encore mentionné qu’il l’était. (On recense environ 0 cas d’une telle situation). 

Cas exceptionnel : Si il/elle s’appelle « Gwendal », « Nolwenn » ou tout autre prénom farfelu finissant en -wenn / -enn, pas besoin de chercher plus loin

Bretagne

– Le drapeau, bordel ! –

Plus communément appelé « Gwenn ha Du » (Blanc et noir en français), il est impossible à louper. Je ne sais même pas si ça vaut le coup de vous montrer à quoi il ressemble puisque je suis sûr à 100% que vous voyez très bien comment il est. Bon, je vais quand même le faire parce que c’est mon article, mais à l’avenir, j’éviterai. 

Bretagne

Voilà, celui là. Sérieusement, moins l’événement en question à de rapport avec la Bretagne, plus il y a de chances de voir un Gwenn ha Du. Bravo les gars.

-Il est bourré-

Ok, comme les trois quarts des festivaliers pendant un festival, mais lui, c’est comme si il avait développé une certaine immunité à l’alcool. Un phénomène surement dû au fait qu’il boit depuis qu’il à l’âge de tenir une bouteille entre ses mains et qu’il ne va surement pas s’arrêter là. Donc il boit pour deux, et fatalement, il est bourré pour quatre.

En même temps, quand tu passes ton enfance dans un bled au fin fond du Morbihan avec un nom qu’aucun habitant n’ose assumer, genre « Inzinzac – Lochrist » (sérieusement les gars ?), faut pas s’étonner si certains abusent un peu trop des bonnes choses

J’espère vous avoir aidés avec ces précieux conseils, marrez vous bien cet été si vous avez la chance d’aller festivaler en Bretagne,

À LIRE :   Sanja Matsuri : le festival 100% made in Tokyo

Trugarez da vezañ bet lennet (Merci d’avoir pris le temps de lire, pour les non-bilingues)

Kenavo !

Publicités