L’abstraction colorée des murs de Nelio

Le graffiti se fait cubique et dynamique avec Nelio.

Nelio raconte sa vision de l’art et du graffiti en peignant des formes géométriques qui se croisent, se rencontrent, et se permutent. Ses multiples voyages lui ont permis non-seulement de découvrir un paquet d’artistes en qui il s’est retrouvé, mais aussi de s’enrichir de cultures plus ou moins éloignées de la sienne. Cela fait de lui un artiste à la démarche réfléchie et accessible, que l’on avait envie de vous faire découvrir.

Ses premières fresques, Nelio les peint en 1998 sur les murs décharnés des usines abandonnées dont le fantôme hante les alentours de son petit village. Pour lui, c’est un terrain de jeu gratuit et accessible librement où il est certain de ne pas se faire remarquer : chose rare pour toute personne se mettant au graffiti. Et puis, ces murs sont l’occasion pour Nelio de s’entraîner à utiliser l’outil qu’est la bombe aérosol car s’il a découvert cet art urbain à 13 ans et réalisé ses premiers tees en sérigraphie à 14, ce n’est que plus tard qu’il se lance dans les fresques murales. En 2005, les usines se transforment en rues : Nelio découvre le vandale, bien plus excitant mais aussi plus risqué.
Jusqu’ici, son parcours est relativement correct et classique. Le graphisme, que le jeune homme étudie attentivement, fait prendre un tournant à sa démarche et à son art. Il prend conscience qu’une illustration peut avoir un réel impact sur les gens en transmettant un message textuel ou abstrait. Ainsi, il se retrouve absorbé par le travail d’artistes comme Miro, Malevitch et Kandinsky, qui marquèrent l’Histoire de leur art avant-gardiste, abstrait et cubique.

À LIRE :   Pornhub VS. banque d'images, le crossover de l'extrême

Voilà pourquoi on retrouve des similitudes entre le travail de ces peintres et celui de Nelio, notamment en terme de composition fragmentée, d’absence d’éléments figuratifs, et d’utilisation de la couleur. Son amour pour le graphisme se ressent aussi dans la simplification extrapolée des formes, comme pour un logo ou une typographie.

Les illustrations abstraites, aéro-dynamiques et minimalistes de Nelio sont une invitation à l’évasion. Sur des murs de plusieurs mètres de long ou de haut, il s’exprime avec des lignes et des ronds aussi loin qu’il le peut, pour rendre l’espace urbain plus agréable et surtout, invité les passants à interpréter ce qu’ils voient. Car l’imagination est trop importante pour qu’on l’oublie. Et c’est au cours de ses nombreux voyages qu’il a pu transmettre ce doux message aux passants des villes de Moscou, Lyon, Paris, d’Australie et d’Amérique.

nelio

nelio

nelio

nelio

nelio

nelio

nelio

nelio

nelio

nelio

Retrouvez Nelio sur
Internet et Flickr

Source
UndergroundParis