Les quartiers rouges de Bangkok, lieux de la prostitution

Nuits blanches dans les quartiers rouges

Peut-être que, à l’évocation du nom de ces quartiers, tu vas avoir une petite idée de leurs spécificités. Si ce n’est pas le cas détends-toi, on va tout t’expliquer. Déjà, c’est la première chose, les quartiers rouges sont appelés ainsi en raison des néons disposés au-dessus des échoppes et qui diffusent dans la rue leur lumièrerouge. Voilà pour l’explication terre à terre de ce nom, mais qu’est-ce qu’on y fait dans ces quartiers ? En plus d’être des endroits qui attirent pas mal de touristes, les quartiers rouges sont le paradis pour qui cherche à profiter des charmes que les femmes locales (mais pas que, il y a aussi des ladyboy par exemple) ont à lui offrir, contre de l’argent évidemment. En somme ce sont des coins à prostituées.

rouges

Les touristes s’y pressent, oui, mais pas forcément pour prendre du bon temps dans un salon en échange de quelques billets. Parce que dans les trois principaux quartiers rouges de Bangkok que sont Patpong, Nana Plaza et Soi Cowboy, il est tout à fait possible de profiter des bars, restaurants et boites de nuits sans avoir recours à la prostitution. C’est lorsque l’on cède à l’insistance des rabatteurs que l’on devient un « touriste sexuel ». Et à partir de ce moment là, attention : la plupart du temps ceux-ci annoncent des prix aux touristes qui ne sont pas du tout ceux de l’addition (qui se révèle être plus salée tu l’auras deviné). Ils vont d’abord te vendre un ping-pong show (spectacle étrange mais que beaucoup de touristes apprécient) et te pousseront ensuite à la consommation. Mais même si tu ne bois que la bière qu’ils t’ont proposée, tu verras que la somme que tu devras lâcher pour pouvoir partir sera parfois 10 fois plus élevée que celle annoncée. Attention aux arnaques donc.

À LIRE :   La street life dans l'objectif de Vincent Chapters
rouges

Si les quartiers rouges de la capitale thaïlandaise sont principalement fréquentés par les étrangers, beaucoup de thaïlandais s’y pressent tout de même. Et ceux-ci sont très friands des fameux ping-pong shows, durant lesquels des femmes, contre quelques billets, insèrent une cigarette dans leur vagin ainsi que tout plein d’autres objets divers. On t’avait dit que c’était atypique comme spectacle.

rouges

La plupart des quartiers rouges de Bangkok datent de la guerre du Vietnam. Car à l’époque, les soldats américains engagés dans le conflit, qui disposaient quand même de quelques moments de repos de temps à autre, avaient établi leur camp de base en Thaïlande. Et lorsqu’ils ne faisaient pas la guerre ni ne s’entraînaient, ces messieurs avaient besoin de se divertir n’est-ce pas. Ils ont alors commencé à fréquenter certains établissements de Bangkok, lesquels se sont multipliés devant le succès de ce commerce du sexe. Mais bien des années après la fin du conflit et le départ des troupes, la pratique s’est enracinée et perdure.