Ce russe est le hacker le plus recherché au monde

Tu veux 3 millions de dollars ?

Il s’appelle Evgeniy Mikhailovich Bogachev, il est russe et il est riche. Forcément, il a mis au point un virus permettant de voler de l’argent alors ça va vite. Au total c’est plus de 80 millions d’euros qu’il aurait extorqué à de pauvres internautes innocents. Fonctionnaires, postes de police, petites et moyennes entreprises mais aussi simples particuliers. Personne n’est à l’abri de ce hacker démoniaque, qui frappe partout. À tel point que le FBI promet 3 millions de dollars en échange d’informations pouvant conduire à sa capture.

hacker

Le nom de son bébé, c’est « Gameover Zeus ». Concrètement, son logiciel confisque toutes les données qui lui tombent sous la main et les soumet à une rançon. Un compte à rebours défile et si tu ne payes pas avant la fin, c’est tant pis pour toi, elles seront détruites. Si ça t’arrive et que tu perds tes photos de la soirée d’hier soir ça va, c’est pas (trop) grave. Mais quand ça arrive à une entreprise qui perd son carnet de commande et ses fichiers clients ou à un district de police américain qui voit disparaître la totalité de ses archives… C’est autrement plus grave et inquiétant.

À LIRE :   Le Vowz Bar à Tokyo sert des spiritueux bien spirituels
hacker

Le pire de tout c’est qu’on sait où il se trouve le mec (enfin à peu près). Il vit en Russie, peinard, aux abords d’une station balnéaire de la mer Noire qui s’appelle Anapa. Il y a quelques appartements, une société écran (probablement) et même un yacht que tous les locaux lui envient. Sauf qu’on ne peut rien faire contre lui, ou plutôt on ne veut rien faire pour l’arrêter et il le sait très bien. Parce qu’en Russie, quiconque porte atteinte aux intérêts des américains est considéré comme un héros. Et le mot est fréquemment utilisé pour parler de Evgeniy Mikhailovich Bogachev. Sans compter qu’il aurait été recruté par les services secrets russes et qu’il pourrait avoir contribué à l’espionnage des États-Unis survenu dernièrement. Donc si tu as payé la rançon, désolé de te le dire, mais t’es pas prêt de revoir ton billet.