Mastodon : nouveau réseau social ou juste effet de mode ?

Un réseau social 100% libre

Depuis quelques jours, Mastodon est apparu sur les radars médiatiques de manière fracassante. Le nouveau réseau social à la mode, empruntant beaucoup à Twitter, a enregistré 60.000 connexions en moins d’une semaine. Il existe depuis plusieurs mois mais c’est lors de son lancement officiel le 1er avril (no joke), qu’il va voir son trafic explosé, au point de clôturer les créations de compte dès le 5 avril, dans l’incapacité de gérer la demande.

Considéré comme une alternative aux géants du secteur, grâce à son fonctionnement open source, Mastodon a été littéralement envahi durant ses premières heures d’activités par des internautes principalement français, selon les développeurs du projet. Dessus, on y rédige des messages en 500 caractères et non pas 140 comme son homologue américain. Fini le tweet, bonjour le “pouet” (“toots” en anglais). Pour l’heure, on dénombre déjà 910.000 statuts et les premiers témoignages à propos de Mastodon sont enthousiastes.

Le mammouth jaune contre l’oiseau bleu !

Particularité de Mastodon ? Ce n’est pas un service mais un logiciel a télécharger et installer. Dès lors, chaque utilisateur devient un administrateur du réseau fonctionnant par « instance ». Derrière ce terme se cache des sortes de petits réseaux sociaux dans le réseau social, indépendants les uns des autres mais interconnectés si les administrateurs s’acceptent mutuellement. Chaque internaute peut en concevoir un autour d’un sujet ou d’un centre d’intérêt, inviter les autres utilisateurs et à terme, créer des communautés.

À LIRE :   Un nouveau café à thème étonnant...

Du coup, aucun serveur central capable d’espionner vos communications et de recenser vos goûts, pour ensuite vendre toutes ces informations à d’autres entreprises. On en trouve déjà à propos du féminisme, du cyber-activisme, de la protection des animaux, de la culture pop japonaise ou des partis pirates. Pour le moment, toute ces ‘instances » conçues sur Mastodon sont disponibles à cette adresse.

Accessible via un navigateur ou en téléchargeant les applications dédiées pour IOS et Androïd, il ne vous reste plus qu’à créer votre compte, suivre des internautes ou des « instances », diffuser des hashtags, raconter vos vies, etc. Vous connaissez la musique ! Pour le moment, ce clone de Twitter possède encore quelques bugs mais le mammouth jaune compte bien s’améliorer et s’implanter durablement dans nos échanges en ligne.