« La Marine » : quand connasse de haine rime avec FN

Le vent tourne et laisse entendre les voix survoltées d’un peuple en train de se lever.

Hop, ça, c’est fait.

Le groupe Darcy feat Kemar du groupe No One Is Innocent démarrent leur morceau sur les chapeaux de roues à base de « Crève, crève, crève, fille de putain, crève ». Que ce soit adressé à une femme peu respectable, une ex égoïste ou une fille qui ne mérite même pas ces mots, la violence est bien là. Pourtant, le message n’est pas dirigé vers n’importe qui.

« Hey Marine, c’est toi la racaille » sonnerait comme un léger écho à la punchline de Booba dans « Panam », vous ne trouvez pas ? Si on en doutait, « Nique son père la Marine » nous confirme bien durement la chose. Le 6 avril 2017 donc, le titre « La Marine » sort sur YouTube et agite les esprits. Si les mots sont crûment difficile à entendre, qu’on soit Marine Le Pen ou Monsieur Personne, c’est car peu d’artistes – surtout musicaux – osent se mouiller au nom de toute une génération torturée. Ainsi, les deux chanteurs de « La Marine » foutent un grand coup de pied dans la fourmilière de la résignation en revendiquant corps et âme leur position. Dans le HuffingtonPost, on peut lire que « Le chanteur du groupe rennais parle de violence symbolique devenue nécessaire pour évoquer le Front National ». Ce à quoi il ajoute ensuite :

Aujourd’hui, le FN s’est tellement banalisé, normalisé qu’on ne peut plus se permettre d’alerter les  gens en les tapotant du bout des doigts. Faut y aller au marteau. 

Tu m’étonnes. Et pour No One Is Innocent, le marteau des mots semble être un outil souvent pris en main. Dans « La Peau » sorti en 2004, le groupe engagé critique l‘injustice sociale et raciale :

« Du Grand Canyon au Yémen, et la peau est la même »

On n’oubliera pas de parler des deux gars des Bérurier Noir que l’on entend être cité par Darcy et Kemar dans leur titre. Messagers d’une jeunesse bouleversée et mal dans ses baskets, les Bérurier Noir pètent les plombs avec « Porcherie », dont les paroles résonnent encore aujourd’hui dans les têtes.

À LIRE :   En Chine, de la rééducation au camps de travail jusqu'au génocide

Plus jamais de 20%, c’est ça le mouvement de la jeunesse ! (…) Car nous sommes noirs, nous sommes blancs, nous sommes jaunes, et ensemble nous sommes de la DY-NA-MI-TE.

La jeunesse emmerde le Front National.

En février 2017, Laurent Garnier mixait ledit titre des Béru au Rex lors de la soirée « Un Rêve » (drôle de coïncidence), et invitait la foule à lever très très très haut son doigts en reprenant l’hymne du refus de la soumission. Plus tard, le mastodonte de la techno française affirmait que « Le message est clair et net. #UnisContreLeFN #ReveillonsNous ».

Que dire de plus ?

Elisa Barbier
Publicités