À Penang, le street art prend vie

Des graffitis bariolés d’artistes du monde entier

« Marking Georgetown » marque le début d’une longue histoire d’amour entre le street art et Georgetown, ville de la petite île de Penang en Malaisie. Cette exposition artistique de 2009 rassemble 52 structures d’acier à travers la ville pour raconter son histoire. Elles représentent des périodes, des événements notoires ou même d’illustres personnages comme Jimmy Choo, qui est né et a grandi à Georgetown.

penang
Jimmy Choo, structure d’acier pour « Marking Georgetown »
penang
Nasi Kandar, plat populaire, structure d’acier pour « Marking Georgetown »

Un événement entrainant un autre, Georgetown accueille en 2012 un festival de street art, où l’artiste lithuanien Ernest Zacharevic est invité à venir peindre dans le cadre du projet artistique « Miroirs de Georgetown ». Ses œuvres interagissent avec le mobilier urbain créant des installations de street art indévissables. Elles inscrivent également la ville comme un repaire pour les adeptes des graffitis et attirent d’autres artistes à investir les murs de Georgetown, comme les 3 artistes locaux Vincent Phang, Yong Li Chuan et Ang Zu He qui ont peint la façade du 118 Hotel Macalister.

À LIRE :   Cambodia Urban Art, le festival street art qui revient colorer le Cambodge
penang
Little children on a bicyle d’Ernest Zacharevic
penang
Reaching Up d’Ernest Zacharevic
penang
Greedy Boy de Vincent Phang, Yong Li Chuan et Ang Zu He

Deux ans plus tard, plusieurs artistes internationaux, tels que l’Allemand Karl Addison, le Malaisien Kenji Chai, l’Américain Mr Troll et encore une fois le Lithuanien Ernest Zacharevic, sont invités à Georgetown à l’occasion du festival international de street art Urban Xchange. Le street artist argentin Martin Ron y dépose une création grandiose et inoubliable, une ode à la nature sous marine intitulée « Man & Turtles ».

penang
Urban Xchange
penang
Urban Xchange
penang
Man & Turtles de Martin Ron

Armenian Street regorge d’une multitude de graffitis bigarrés où l’on peut apercevoir notamment certaines œuvres d’Ernest Zacharevic. D’autres street artists ont également fait de Georgetown leur terrain de jeu. L’artiste japonais Takayuki Miyazono raconte l’histoire d’un mythe d’Okinawa le long d’un mur. WK Setor, artiste de Kuala Lumpur, lui s’est carrément installé à Penang depuis plusieurs années. « I want Pau » est certainement son œuvre la plus connue, peinte sur le mur d’une boulangerie. Simon Tan, artiste local, peint des personnages aux grosses têtes hilares. À chacun son style à Georgetown.

penang
Mythe japonais d’Okinawa de Takayuki Miyazono
penang
I want Pau de WK Setor
penang
Ah Mah & Ah Soon de Simon Tan
penang
Ah Kong de Simon Tan
penang
Armenian Street, Georgetown Penang en Malaisie

Manon