Daulatdia, l’un des plus gros bordel au monde

Daulatdia, une triste situation du Bangladesh

Le Bangladesh, est ce petit pays musulman à l’Est de l’Inde pour lequel Georges Harrison a organisé le premier concert caritatif de l’histoire de la musique pop.

Daulatdia, située à une centaine de kilomètres du côté Ouest de Dacca, capitale du Bangladesh, héberge l’un des plus grand bordel au monde au sein de sa ville. Ce bordel y est d’ailleurs l’engrenage permettant de faire fonctionner l’économie de la ville. Cette micro-société fait exception car le Bangladesh est l’un des rares pays musulmans à tolérer la commercialisation du corps.

On y compte un peu plus de 1500 femmes qui y officient le jour comme la nuit, certaines nées à Daulatdia, d’autres des provinces alentours, dont certaines de la capitale. Cette ville, située dans l’axe des chemins de fer, des frégates et autres bateaux navigant sur le fleuve en direction de la capitale, connait un taux de transit conséquent. Plus de 2 000 camions jaunes à la carrosserie psychédélique s’y arrêtent quotidiennement. Ces routards sont d’ailleurs les principaux clients.

Pour la passe de 60 centimes à 10 euros, un prix multiplié par dix quand la fille est vierge, et 4 € sans préservatif, les clients génèrent l’économie de cette ville. Le bordel y est une ville dans la ville, ouverte 24 heures sur 24, construite de taule et de béton, qui ressemble plus à une favela ou un bidonville, tout y est rudimentaire. Les femmes s’y arrêtent généralement de travailler vers 35 ans car la rudesse de leur travail les brisent tant au niveau physique que psychologique. Les femmes, ce sont d’ailleurs elles qui sont majoritaires dans le bordel, les filles se prostituent pour nourrir leur famille, et les mères les gèrent car les hommes sont majoritairement des clients.

À LIRE :   Millie MoonHouse : Des illustrations brutes et explicites de l'érotisme

L’alcool et la drogue, bien qu’interdites au Bangladesh, sont bien présentes à Daulatdia. Ainsi, dans les rues se vendent amphétamines, héroïne et dérivées, weed et Oradexon. Cette dernière, stéroïde permettant d’améliorer la masse musculaire du bétail, est dangereusement utilisée par les femmes pour grossir et ainsi améliorer leurs formes.

Ce bordel héberge aussi des enfants, forcés d’y vivre. Leur école située à côté d’une ligne de chemin de fer, essaye de leur garantir un avenir meilleur.

Michel-Angelo