Les études pas si débiles que ça, pour survivre en situation délicate

La science nous aide à mieux survivre en cas de situation trop délicate.

 

Parfois, il peut être difficile de comprendre la science.
En cause : un vocabulaire obscure, des problématiques incongrues, des expériences douteuses… Oui, on se souvient tous du projet MK-Ultra mené en collaboration avec la CIA au milieu du 20ème siècle ! Et encore aujourd’hui, on se demande vraiment pourquoi la science se pose autant de questions dont l’utilité reste à prouver autant que les résultats qu’elle obtient.
Grâce au Tumblr Etudesalacon.com, nous avons pu plonger au coeur des études les plus farfelues de la science, et en extirper l’essentiel. Autrement dit, les études débiles et chelous qui ont malgré tout du sens. Ce qui est certain, c’est que les chercheurs ont du bien se marrer.

etudes
Savant fou dans Metropolis

Situation délicate numéro 1

Tu es dans le métro, tu t’agrippes vainement à une barre pleine de microbes, et tu réalises que tu sens hyper mauvais des dessous de bras. Pourquoi ?

— Grâce à une étude menée par quatre psychologues de l’Université Macquarie en Australie, nous savons aujourd’hui que d’abord, les hommes ont une transpiration plus odorante que les femmes. Ceux dont l’alimentation est très riche en fruits et légumes ont une transpiration plutôt sucrée (génial) et peu odorante; alors qu’au contraire, les hommes dont le régime alimentaire est assez riche en glucides ont une sueur qui pue sa race. Alors, un petit conseil, on évite le régime pâtes/pain/pizza, les gars.

etudes
Classe

Situation délicate numéro 2

C’est ton anniversaire aujourd’hui, et comme tu es hypocondriaque, tu te dis que merde, tu te rapproches de la mort et (peut-être) de la crise cardiaque. 

— Nous pouvons remercier les chercheurs de l’Université de Columbia qui, après avoir analysé le dossier médical d’environ 1,7 millions de patients à New York entre 1985 et 2013, ont remarqué que 55 pathologies étaient liées au mois de naissance de ces derniers. Ainsi, les personnes nées en hiver seraient sujettes à l’hypertension; celles en mars/avril souffriraient de maladies cardio-vasculaires; celles nées en juillet/août feraient plus d’asthme que les autres; et celles qui ont vu le jour à l’automne auraient des troubles du comportement et des infections virales. Etude à retrouver ici.

À LIRE :   La grotte de glace qui ne fond jamais, l'insolite de ton prochain voyage en Chine !
etudes
Le malade imaginaire de Molière

Situation délicate numéro 3

Tu es avec ton keum ou ta go depuis maintenant 5 mois, et tu remarques (non sans regrets) que vous ne faites plus l’amour que les dimanches à 9:00 (quand vous n’êtes pas en after). 

— Oups. Selon une étude publiée dans le Archives of Sexual Behavior en 2015 aux USA, les jeunes nés entre 1980 et 1990 seraient moins sujets à la pratique régulière du sexe. En cause, l’utilisation relativement excessive des téléphones, devenus le quasi centre d’intérêt principal de pas mal de kidz. Les résultats étudiés sont issus d’une étude menée entre 1989 et 2014 auprès des Millenials, surnommée aussi la génération X ou Tanguy.

etudes

Situation délicate numéro 4

Après avoir constaté cette effroyable réalité, tu es tellement VNR que tu as besoin de te défouler un bon coup. Quoi de mieux que d’écouter un bon morceau de métal ? 

— À l’Université du Queensland en Australie, 39 personnes âgées de 18 à 34 ans ont fait l’objet d’une expérience bien cool. Chacun d’entre eux a été soumis à une situation d’écoute de musique « extrême » (heavy métal, hardcore, emo, screamo, métal) durant 16 minutes, puis exposé pendant 10 minutes à des morceaux de métal, pour finir par écouter le silence sur la même durée. Le résultat est sans pitié : l’écoute du métal a permis aux 39 individus de retrouver leur calme. Un des chercheurs explique ce phénomène : « La musique extrême est caractérisée par des sons chaotiques, forts, lourds et puissants, avec des chants remplis d’émotion, et dont les thèmes des paroles touchent souvent à l’anxiété, la dépression, l’isolement social et la solitude ». Bon, faut peut-être pas exagérer non-plus sur le côté suicidaire du métal.

etudes