L’Amérique dépravée de Steve Gianakos

L’Amérique fantasque des fifties dépeint par l’artiste Steve Gianakos

Steve Gianakos, de famille crétoise et new-yorkais d’adoption a grandi à Harlem. Dans son enfance il dévore les DC Comics, puis, les récits horrifiques du bi-mensuel Tales from the Crypt de EC Comics et du magazine satirique MAD dont il s’inspirera dans son futur travail artistique.

Dans les années soixante, étudiant en design industriel, il gravite autour de la Factory d’Andy Warhol et des acteurs du pop art comme Roy Lichtenstein. Artiste graphiste et dessinateur, Gianokos dépeint l’Amérique fantasque des fifties à travers un esprit punk imprégné de perversions sexuelles et narcotiques. Ses toiles, dessins et collages sont absurdes et grotesques pour montrer les futilités de cette société de consommation de masse teintée par la publicité, la télévision et la consommation dans sa globalité.

À LIRE :   Tant qu'il y a des murs, il y a de l'art : Màs, le street artiste réceptif

Majoritairement exposé à New-York comme au Guggenheim et en Grèce à  l‘AD Gallery d’Athènes, il a été invité à exposer son travail pour une rétrospective à la galerie Semiose de Paris du 7 janvier au 25 février 2017. Nous avons ainsi pu redécouvrir le travail noir de cet excellent artiste qui n’a ainsi jamais arrêté de parodier la société de consommation américaine à travers ses représentations.